Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le groupe Iliad (Free) choisit Nokia pour équiper ses réseaux 5G en France et en Italie

Iliad, la maison-mère de Free, annonce avoir retenu l’équipementier finlandais Nokia pour déployer ses réseaux 5G en France et en Italie. Dans le même temps, les Etats-Unis haussent le ton contre leurs alliés européens, qui n’ont pas répondu favorablement à leurs incitations au boycott du Chinois Huawei.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le groupe Iliad (Free) choisit Nokia pour équiper ses réseaux 5G en France et en Italie
Le groupe Iliad (Free) choisit Nokia pour équiper ses réseaux 5G en France et en Italie © Cyril Chigot

C’est le deuxième opérateur télécoms français à dégainer, après Orange. Free a officialisé vendredi 14 février 2020 sa décision de faire appel à l’équipementier Nokia dans le cadre du déploiement de la 5G. Ce n’est pas véritablement une surprise, puisque le Finlandais est un partenaire historique du groupe télécoms de Xavier Niel depuis que ce dernier a lancé commercialement sa division mobile, en 2012. Ce choix de matériel s’appliquera également au marché italien, sur lequel l’entreprise opère sous le nom de sa maison-mère, Iliad, depuis 2018. Au total, quelque 17 millions d’abonnés pourront en profiter.

 

Une transition en douceur

Le contrat signé entre les deux parties comprend une mise à niveau des équipements précédemment installés, ainsi que le déploiement initial de la 5G en France comme en Italie. Nokia précise que les opérateurs télécoms du groupe Iliad "bénéficieront de sa technologie d’accès radio la plus récente, baptisée AirScale", qui permet de passer aisément d’une connexion 4G à 5G en fonction de la couverture disponible. Ericsson a annoncé une fonctionnalité similaire, baptisée "cœur 5G dual-mode". "Une capacité d’adaptation qui permettra d’offrir [à Illiad] de nouveaux services aussi bien aux consommateurs qu’aux entreprises, tout en pérennisant la qualité de son réseau", estime Nokia.

 

Comme il le laissait transparaître à travers des expérimentations en octobre 2019, Free se montre très intéressé par les fonctionnalités les plus innovantes qu’embarque la 5G. Ainsi, son accord avec Nokia inclut notamment l’installation d’antennes de Massive MIMO (Multi In Multi Out) pour offrir simultanément une très faible latence et une très grande bande passante – l'avantage principal qu'offrira, à terme, la nouvelle norme de téléphonie mobile par rapport à la précédente. "Nous voulons offrir la meilleure expérience possible à nos clients. C’est pourquoi nous renforçons et approfondissons notre relation avec Nokia à l’aube de la 5G. Ses technologies et solutions innovantes nous permettrons de lancer un réseau qualitatif et sûr, de manière rapide et efficace", a expliqué par voie de communiqué Thomas Reynaud, directeur général d’Iliad, estimant que la transition se fera "en douceur".

 

Huawei prend du retard sur ses concurrents

Cette annonce ne fera pas les affaires de Huawei dans un contexte où les tensions entre l’équipementier chinois et les Etats-Unis s’aggravent. Soupçonnée d’espionnage pour le compte de Pékin par l’administration Trump, la marque au lotus commence à cumuler un certain retard avec sa concurrence européenne. Fort de 81 contrats commerciaux à date, le Suédois Ericsson s’est récemment targué d’être en pôle position.

 

Si les opérateurs télécoms hésitent à se lancer dans la course à la 5G avec Huawei, les Etats européens n’osent pas bannir complètement l'entreprise, de peur de représailles économiques de la Chine. Le Royaume-Uni a ainsi autorisé partiellement les équipements de la firme de Shenzhen à intégrer les réseaux, au grand dam des Etats-Unis. Donald Trump aurait fini par hausser le ton. Dans des propos rapportés le 16 février 2020 par l’ambassadeur américain en Allemagne, le président américain aurait laissé entendre que toute nation qui choisirait un équipementier 5G indigne de confiance mettrait en danger sa capacité à partager renseignements et informations sensibles avec les Etats-Unis.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media