Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le Hacking health camp de Strasbourg étend son offre de conférences et formations

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dès ce vendredi 17 mars à 8 h 30, le 4e Hacking health camp de Strasbourg démarre son programme de conférences, ateliers et formations. Cet événement centré autour du hackathon qui démarre comme les années précédentes à 18 h, s’étoffe en matières de possibilités de découvertes, informations et formations.

Le Hacking health camp de Strasbourg étend son offre de conférences et formations
Le Hacking health camp de Strasbourg étend son offre de conférences et formations © Hacking Health Camp

Selon ses organisateurs – la société Health Factory menée par Sébastien Letélié et dans laquelle apparaît Jacques Marescaux, le spécialiste mondial de la chirurgie abdominale non invasive – le hackathon de Strasbourg est devenu le plus grand en Europe et sur le podium au niveau mondial.


Le renforcement des séquences préalables à ce temps fort de 50 h de travail collaboratif consacre l’événement dans son ancrage numérique, industriel et d’innovation. L’exemple des initiatives désignées en 2016 comme les plus porteuses de développement incite les centaines de participants au Hacking health camp de parfaire non seulement leurs connaissances, mais aussi leur capacité à créer des réseaux.


Les organisateurs évaluent à plus de 70 le nombre de projets qui sont nés dans ce cadre. Tous n’ont pas abouti, mais l’arrivée de financements – notamment par BPI France – et la présence de plus en plus marquée de grands groupes industriels renforce les porteurs de projets. Comme au cours des trois éditions précédentes, le hackathon va commencer ses 50 heures de travail collaboratif. Au départ, des dizaines d’idées et à l’arrivée, une dizaine de projets sélectionnés et soutenus par les partenaires du Hacking health camp.


Sous l’égide de la French Tech Alsace

"L’essence de la démarche est d’oublier les barrières créées par la concurrence entre les entreprises, les labos, les différentes structures de recherche, etc. Chaque porteur d’idée réellement pluridisciplinaire et qui ose le présenter, dispose d’une minute pour attirer des compétences variées. Et parvenir à l’issue du hackathon à un stade pré opérationnel", rappelle Sébastien Letélié, cheville ouvrière de l’événement.


La volonté affichée par Sébastien Letélié en 2016 avec la mise en place de la Hacking health factory n’est pas de créer une structure d’aide à la création d’entreprise. "Il existe des accélérateurs et des aides publiques pour cela, auxquels nous sommes associés", rappelle-t-il. La French Tech Alsace, dont la santé représente un élément majeur, constitue un environnement très favorable à l’émergence de projets innovants et basés sur le travail collaboratif. Sans oublier les partenariats des organismes publics en charge de la recherche, comme le Pôle Alsace BioValley, les Hôpitaux universitaires et des groupes médicaux privés, sans oublier l’IRCAD (institut privé de recherche dans la chirurgie non ou mini invasive) et bien sûr, Bpifrance, qui doivent garantir à cette plateforme d’expérimentation ouverte à tous de porter quelques projets jusqu’à la réussite.


Autre élément clé auquel contribue le Hacking health camp : l’Eurométropole de Strasbourg va lancer dans quelques semaines les premiers travaux de création du Technoparc de 30 000 m2, dédié aux technologies médicales d’avant garde (NextMed). Ces locaux sont – entre autres – destinés au start-up et émanations de la communauté scientifique en faveur des nouvelles technologies médicales, portées par le numérique.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale