Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le lillois Micropross s’adosse à National Instruments pour se développer dans le test de paiement mobile

La société lilloise Micropross rejoint le géant américain de l’instrumentation électronique National Instruments. De quoi lui donner les moyens de se développer sur le marché porteur du test du paiement mobile.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le lillois Micropross s’adosse à National Instruments pour se développer dans le test de paiement mobile
Le lillois Micropross s’adosse à National Instruments pour se développer dans le test de paiement mobile
La PME lilloise Micropross passe sous pavillon américain. Elle se fait racheter par National Instruments, leader mondial de l’instrumentation électronique avec 7100 personnes dans le monde et un chiffre d’affaires de 1,24 milliard de dollars en 2014. La transaction se monte à 95 millions d’euros.
 
92% du chiffre d'affaires à l'international
 
Fondée en 1979, Micropross se spécialise dans les logiciels et outils de test de dispositifs sans contact au standard radio NFC. Ses solutions s’adressent aux constructeurs de composants NFC, cartes à puce, smartphones et terminaux électroniques de paiement. La société compte 47 personnes, dont 45 à Lille, et affiche un chiffre d’affaires de 16 millions d’euros en 2014, dont 92% à l‘international. Elle affronte comme concurrents le français Keolabs mais aussi l’américain Keysight Technologies et l’allemand Camprion.
 
"Depuis deux ans, nous jouissons d’une croissance à deux chiffres sur un marché de plusieurs centaines de millions d’euros, affirme son directeur général Philippe Bacle. Le développement du paiement mobile nous ouvre une nouvelle opportunité. Mais nous n’avons pas la taille suffisante pour nous positionner fortement sur ce nouveau créneau. Nous avons besoin de nous adosser à un grand groupe qui partage avec nous la passion du test."
 
Doublement du réseau de distribution
 
National Instruments est présent dans le test global de mobiles mais pas dans le test de sa fonction de paiement NFC. Le rachat de Micropross comble ce manque. De son coté, la PME française accède à l’infrastructure industrielle, dont une usine en Hongrie, et au réseau mondial du groupe américain pour passer aux gros volumes et étendre sa portée commerciale. "Nous avons aujourd’hui deux bureaux à l’étranger, l’un aux Etats-Unis, l’autre à Taïwan, et 12 distributeurs pour les régions où nous ne sommes pas présents, explique Philippe Bacle. Avec National Instrument, nous doublons notre réseau de distribution."
 
Pas d’intégration au sein de la filiale française de National Instruments. Micropross devrait rester une entité autonome dépendant directement du siège du groupe à Austin, au Texas. Le rêve de Philippe Bacle est de transformer sa société en une ETI. Dans 5 ans, il espère tripler, voire quadrupler, le chiffre d’affaires et doubler l’effectif.
 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale