Le marché de la cyber sécurité menacé par la virtualisation et le cloud computing

Le marché français de la cybersécurité est promis à une forte croissance d’ici à 2017. Un dynamisme qui pourrait être enrayé à long terme par le développement de la virtualisation et du cloud computing, avertit le cabinet Xerfi.

Partager
Le marché de la cyber sécurité menacé par la virtualisation et le cloud computing
Le marché français de la cyber sécurité affiche la bonne forme. Selon une étude de Xerfi, il devrait croitre de 10% par an en moyenne pour passer de 1,6 milliard d’euros en 2014 à 2 milliards en 2017. Un dynamisme qui témoigne d’une vraie prise de conscience des entreprises et administrations des enjeux de la sécurité des données.
Médiatisation des opérations de cyberespionnage
Les révélations fracassantes des opérations de cyberespionnage menées par la NSA, l’agence nationale américaine de sécurité, et la médiatisation de cyberattaques ayant frappé des groupes comme Sony, TV5 Monde ou Gemalto, poussent les entreprises françaises à accorder davantage d’attention à la protection de leurs systèmes d’information. Les quelques 200 opérateurs d’importance vitale (OIV) sont contraints à consentir des investissements importants pour respecter les règles de sécurité qui leur sont désormais imposées par le gouvernement.
Selon Xerfi, cette dynamique devrait profiter d’abord à certaines entreprises de services numériques (ESN) comme Atos, Orange ou Sogeti, et aux industriels de la sécurité comme Thales, Airbus, Bull (groupe Atos), Gemalto, Oberthur Technologies ou encore Morpho (groupe Safran). Compte tenu des questions de souveraineté, le marché privilégie les fournisseurs nationaux, ce qui laisse donc de la place aussi à des pépites françaises comme Prim’x, Lexsi ou Wallix.
L’Internet des objets constitue un autre moteur de développement comme en témoigne l’ouverture par Intel en mars 2015 d’un centre de recherche à Meyreuil (Bouches-du-Rhône) sur l’ultra mobilité, la sécurité et la fiabilité des objets connectés.
Principaux clients demain: opérateurs télécoms et fournisseurs de services cloud
Mais le cabinet Xerfi pointe le doigt sur deux tendances qui menacent à plus long terme le marché. La première est la virtualisation, c’est-à-dire la consolidation des équipements de serveurs, stockage et réseaux à des fins d’efficacité et d’économie. La seconde est la migration des infrastructures informatiques vers le cloud computing. Ces deux évolutions tendent à réduire les investissements informatiques des entreprises, et donc leurs dépenses en cybersécurité. Avec un impact considérable sur les spécialistes dans ce domaine. Les entreprises devraient laisser la place en tant que clients importants aux opérateurs télécoms et fournisseurs de services cloud.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS