Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le MIT teste un radar pour que les véhicules autonomes se repèrent sous la neige et le brouillard

Vidéo Vu ailleurs Le CSAIL, laboratoire du MIT spécialisé dans l'intelligence artificielle, teste un système de géolocalisation des véhicules autonomes avec un Radar à Pénétration de Sol (RPS). Ce radar permet au véhicule de se localiser en fonction de la composition du sol sous la route. Une technologie qui semble mieux fonctionner que les lidars et caméras lorsque la météo est mauvaise.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le MIT teste un radar pour que les véhicules autonomes se repèrent sous la neige et le brouillard
Le MIT teste un radar pour que les véhicules autonomes se repèrent sous la neige et le brouillard © Youtube - MITCSAIL

Les véhicules autonomes ont plus de difficulté à circuler lorsque le temps est mauvais. Un laboratoire du MIT, le Computer Science and Artificial Intelligence Lab (CSAIL), teste un nouveau radar pour répondre à ce problème, comme l'a repéré Engadget. Les chercheurs ont équipé un véhicule autonome d'un Radar à Pénétration de Sol (RPS) ou 'Ground Penetrating Radar' (GPR).

 

Se repère avec la composition du sol

Le RPS envoie des ondes en direction du sol pour en déterminer sa composition et sa structure. L'ensemble des données collectées sont transformées en cartographie pour les véhicules autonomes. Lors de ses essais, le CSAIL a utilisé un RPS particulier développé au Lincoln Laboratory du MIT. Ce radar dénommé Localizing Ground Penetrating Radar (LGPR) fonctionne si le sol est recouvert de neige ou si un épais brouillard limite la visibilité.

 

"LGPR peut quantifier les éléments spécifiques [présents dans le sol, ndlr] et les comparer à la cartographie qu'il a déjà afin de savoir exactement où il est, sans avoir besoin des caméras ou de lasers", précise à Engadget Teddy Ort, un étudiant du MIT ayant travaillé sur ce sujet. Comme la composition du  sol sous la route change moins souvent, la carte est à jour plus longtemps.

 

 

Des tests à faibles vitesse

Pour l'instant, le CSAIL a uniquement testé ce système sur un véhicule autonome circulant à faible vitesse sur une route de campagne fermée à la circulation. Cette technologie ne marque pas aussi bien lorsqu'il pleut et que l'eau s'est infiltrée dans le sol sous la route. Mais les chercheurs pensent que ce système pourrait être utilisé sur des véhicules autonomes circulant sur des autoroutes ou des voies rapides en redondance avec d'autres technologies.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media