Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le monde de la recherche exhorte la blockchain française à se structurer

Étude Trois organismes de recherche ont rendu leurs conclusions de la mission prospective sur la blockchain en France. Malgré de nombreux points forts, les acteurs du monde académique pointent un manque de structuration de l’écosystème et exhortent les pouvoirs publics à se saisir rapidement des enjeux. Un bilan en demi-teinte mais riche de propositions.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le monde de la recherche exhorte la blockchain française à se structurer
Le monde de la recherche exhorte la blockchain française à se structurer © L'Usine Digitale

Les conclusions d’un rapport visant à définir avec précision l’ensemble des verrous technologiques et techniques de la blockchain en France ont été révélées lundi 10 février, un peu moins d’un an après l’annonce de la mission de prospective. Mené par trois organismes de recherche – le CEA-LIST (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives - Laboratory for Integration of Systems and Technology), l'IMT (Institut Mines Télécoms) et l'Inria (Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique) – ces conclusions permettent à la fois d’identifier certains blocages du développement de la technologie blockchain mais également de dessiner les contours de l’écosystème français.

 

Un premier bilan donc – d’une centaine de pages environ – qui a pour objectif de faire avancer la France sur le sujet. Dans un contexte d'émergence des monnaies numériques issues d'acteurs institutionnels ou privés, il se focalise sur les préoccupations liées à la blockchain que sont la souveraineté, la sécurité, l’interopérabilité, la consommation énergétique, les modèles économiques et le passage à l’échelle. Pour mieux cerner ces verrous, les chercheurs ont réalisé une cinquantaine d’auditions de juin 2019 à janvier 2020.

 

18 verrous identifiés

Le rapport liste 18 verrous technologiques au développement de la blockchain en France. Sur la partie sécurité, les premiers blocages identifiés sont liés au consensus – accord de la part de tous les utilisateurs, nécessaire dans le contexte décentralisé de la blockchain – pour les preuves de sécurité. Autre verrou : les méthodes cryptographiques avancées pour la protection de la vie privée et de la confidentialité, la mise en place de langages spécifiques aux smart contracts, leur vérification et leur correction, et enfin l’interopérabilité, c’est-à-dire l’interconnexion de la blockchain avec l’extérieur, avec des protocoles existants mais loin d’être matures.

 

Concernant les verrous économiques et le passage à l’échelle, le rapport note de vrais problèmes liés aux modèles économiques. Pour la consommation énergétique, le principal blocage vient de la méthode de mesure. Le rapport pointe un manque général de consensus et de transparence plus spécifiquement dans la conception des blockchains, avec trop de focalisation sur l’informatique. La question des oracles, les vecteurs qui intègrent une donnée extérieure réelle dans la blockchain, est quant à elle en cours de résolution.

 

Un monde académique et des start-up dynamiques… mais qui peinent à se rencontrer

Pourtant, la France a des atouts. "La recherche en France se porte bien", résume Georges Gonthier, chercheur senior à l’Inria. Avec les start-up du secteur, le monde académique représente "la vivacité du secteur en France". Il y a une véritable recherche de pointe, une longueur d’avance sur la brique smart contract, un bon positionnement sur la cryptomonnaie et le consensus et enfin de belles réalisations sur la finance décentralisée.

 

Mais le scientifique note également une recherche fragmentée, avec des laboratoires qui "ne parlent pas souvent ensemble, et de petites équipes". Autre point, lié au contexte actuel : des tensions économiques et salariales, qui ont pour conséquence une fuite des talents outre-Atlantique "pour rejoindre les Gafam", poursuit Georges Gonthier.

 

Des investissements en baisse

Le rapport pointe une baisse des investissements dans les innovations liées à la blockchain. "L’intelligence artificielle a raflé la mise sur les investissements, les grands groupes ont désormais du mal à déporter les fonds consacrés à l'innovation sur la blockchain", poursuivent les chercheurs. Conséquences directes de ces verrous : malgré un intérêt croissant des banques et des groupes industriels depuis l’apparition d’Ethereum, "trop de projets sont restés à l’état de POC (proof of concept), notamment chez les grands groupes", ajoute Sara Tucci-Piergiovanni, Cheffe de laboratoire au CEA-LIST.

 

Des entrepreneurs réunis au sein l’ADAN

 

Créée en janvier dernier, la toute nouvelle association pour le développement des actifs numériques (ADAN) a vocation à structurer et promouvoir les crypto-actifs en France et à l’international, auprès des pouvoirs publics comme des acteurs privés. L’entité, présidée par Simon Polrot, regroupe 11 entreprises phares du secteur : Ledger, ARK Ecosystem, Blockchain Partner, Coinhouse, Coinhouse Custody Services, ConsenSys France, iExec, Kaiko, LGO, Nomadic Labs et Woorton.

Plusieurs dangers guettent par ailleurs les start-up du secteur : une faible structuration – malgré la création récente de l'ADAN [voir encadré] ou encore de l'incubateur The Garage – et une communication insuffisante avec les structures académiques ; trop de services au niveau applicatif sans maîtrise réelle des composants technologiques, ni ambition de les améliorer. Plus généralement, les jeunes pousses subissent les effets du phénomène "hype cycle", défini par Gartner, et que l’on peut résumer comme un effet de mode qui finit par se retourner contre ses acteurs.

 

Recommandations : Un plan estimé à 25 millions d’euros

Les 14 recommandations reprennent une à une les faiblesses pointées par la mission interministérielle. Les start-up doivent ainsi commencer par s’appuyer sur les laboratoires de recherche via une "grande action d’innovation". L'idée est de profiter de la maturité de la recherche française pour passer l’étape de validation du concept, "en mettant au point des outils pour les acteurs de la blockchain qui veulent développer des produits fiables", explique Georges Gonthier. Coût estimé de la mesure : 25 millions d’euros sur 4 à 5 ans.

 

Le rapport propose la formation d’un consortium principal pour la maîtrise d’œuvre qui procédera à des sortes de sous-appels à projets courts. Ils seront conduits avec les start-up, qui pourront être à la fois acteurs et candidats. Autre recommandation, qui va dans le sens d’une meilleure structuration de l’écosystème : une réflexion sur la certification afin de protéger les start-up de "scandales qui vont décrédibiliser le tissu économique et le secteur en général".

 

Un service d’Etat sur l’identité numérique, condition au développement du secteur

Côté recherche, le rapport encourage le développement des recherches pluridisciplinaires, la promotion des compétences françaises, l’amplification de la recherche dans le domaine de la vie privée et dans le génie logiciel. En matière de formation, il insiste sur la nécessité de créer des parcours dotés de compétences de fonds. "Une teinture blockchain ne suffit pas, il faut une formation continue qui mixent les compétences et l’opérationnel", relève-t-il. Quant aux laboratoires, ce rapport note certaines lacunes. Pas ou peu de spécialisations sur les problématiques liées à l’aspect juridique économique et social de la blockchain, ni sur le génie logiciel, mais trop de sujets liées aux cryptomonnaies et aux systèmes distribués.

 

Autre recommandation : le lancement d’un service d’Etat sur l’identité numérique. "Il s’agit à la fois d’une base des relations économiques et aussi d’une obligation réglementaire", rappelle Georges Gonthier. L’absence d’une solution en France - malgré les chantiers en cours, comme Alicem - est une barrière aux nouveaux entrants. "Les entreprises doivent trouver elles-mêmes une solution ou en acheter une, et c’est souvent trop coûteux pour les start-up", poursuit-il. Un service qui nécessite une action forte de l’Etat et qui signifierait des retombées pour l’ensemble du secteur, avec des créations d'entreprises à la clé. Par ailleurs, le rapport demande une plus grande implication de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information).

 

A l'étranger, les écosystèmes se construisent déjà

"Le marché et les opportunités sont là, la dynamique est favorable, c’est le moment de lancer de grands projets", exhortent les chercheurs. A condition de ne pas attendre. D’une part parce qu’à l’étranger, le secteur se structure. D’autre part parce que le tissu, bien que dynamique, est très fragile, notamment en matière de modèles économiques, et qu’il est à consolider.

 

Si la France n’est pas en retard, elle doit également faire vite par rapport au développement du secteur à l’étranger. "Les laboratoires dédiés se répandent très vite dans le monde, avec une montée en puissance de l’Inde et de l’Algérie, et un leadership américain", poursuit l’équipe. L’enseignement est également différent : à Tokyo a été créée une formation pour devenir entrepreneur blockchain. Aux Etats-Unis, des cours en ligne intégrant les sciences économiques et sociales sont accessibles. A l’échelle nationale, les laboratoires de recherche se structurent au travers de coalitions et de clusters pluridisciplinaires, comme Alastria (Espagne) ou Concordium (Danemark).

 

Un manque de cas d'usages

"Notre pays n’est pas démuni, conclut le rapport. La blockchain n’est pas qu’une question de financement, il faut également créer des synergies pour la structurer." Alors qu’un événement commun entre recherche et entrepreneuriat devrait être prochainement annoncé, le rapport préconise également la création d’un comité consultatif issu du monde de la recherche, ainsi que celle d'un Institut International Interdisciplinaire de la Blockchain, sur les modèles du Newton Institute notamment.

 

La révolution numérique tant attendue par la blockchain semble au point mort. Selon une récente étude de NewAlpha Asset Management et Exton Consulting, 75% des start-up de la blockchain ont été créées il y a plus de deux ans et elles en restent toujours à leurs prémices, faute de cas d’usages. 35 start-up exercent actuellement une activité liées à la blockchain en France. Quant à la date de la prochaine réunion de la task force blockchain, pilotée par la Direction Générale des Entreprises (DGE), elle n'a pas été communiquée, et aucune précision n'a été donnée sur les suites données à ce rapport.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

Yves-Michel LEPORCHER
17/02/2020 09h48 - Yves-Michel LEPORCHER

Bonjour, Peut-on avoir accès à la source documentaire ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

BEAU STEPHANE
12/02/2020 22h00 - BEAU STEPHANE

Quid du lien vers ce rapport svp !?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media