Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le monde n'a pas fini d'être shazamé : la start-up britannique lève 30 millions de dollars

La start-up Shazam, spécialiste de la reconnaissance audio (qui s'est fait connaître par son application capable de reconnaître n'importe quel morceau de musique) boucle une nouvelle levée de fonds qui la valorise à 1 milliard de dollars. De quoi la préparer à une entrée en bourse ?
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le monde n'a pas fini d'être shazamé : la start-up britannique lève 30 millions de dollars
Le monde n'a pas fini d'être shazamé : la start-up britannique lève 30 millions de dollars © Shazam

C'est l'une des applications mobiles les plus populaires... et peut-être bientôt également, un succès en bourse. Shazam, la start-up londonienne créée en 2002, continue de grandir. L'application gratuite permet d'identifier n'importe quel morceau de musique en quelques secondes. Elle a été téléchargée un demi-milliard de fois et compte 100 millions d'utilisateurs actifs par mois.

l'entrée en bourse une suite logique ?

Après avoir levé près de 100 millions de dollars depuis sa création (notamment auprès du mexicain Carlos Slim, l'homme le plus riche du monde), la start-up récidive en finalisant un nouveau tout de table de 30 millions de dollars, la valorisant à 1 milliard de dollars. C'est sans doute la dernière levée de fonds "classique" avant une probable entrée en bourse, prochaine étape de son développement. Les derniers résultats financiers connus de la start-up, rendus publics en mars 2014, témoignaient de ses progrès... mais cela se traduisait par une réduction des pertes par rapport à l'année précédente, et pas encore par des bénéfices.

après l'ouïe, la vue

C'est pour cette raison que Shazam travaille à trouver des relais de croissance au-delà de son univers natif, la musique. Certes, la start-up a noué des partenariats avec des acteurs du streaming musical, comme Spotify et Rdio, et de sites de téléchargement comme iTunes d'Apple et perçoit une petite part des revenus liés aux ventes de morceaux sur ces plates-formes. Mais l'entreprise veut conquérir de nouveaux territoires. Elle s'est positionnée sur le terrain de la social TV avec l'apparition du logo Shazam lors de certains programmes (souvent pour des contenus sponsorisés) et spot publicitaires.

L'application a par ailleurs ajouté la reconnaissance visuelle à ses capacités sonores, pour pouvoir scanner des codes barres, des QR codes ou des publicités papier contenant son logo. Shazam explore aussi la technologie des balises Beacon qui pourraient lui permettre de proposer des offres de publicité et de marketing ciblés dans des magasins. L'objectif est simple : rendre n'importe quel objet ou son "shazamable" pour faire de cette plate-forme un outil marketing puissant. Shazam pourra s'appuyer sur son expertise technique et sur ses millions de membres fidèles afin de se positionner en concurrent sérieux des Siri, Google Now et autres Amazon Firefly, qui ambitionnent eux aussi de construire une immense base de donnée compilant à peu près tout...

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale