Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le monopole publicitaire de Google dans le collimateur de la Justice américaine

Le département américain de la Justice et un groupe de procureurs généraux d’Etats mènent deux enquêtes distinctes afin de déterminer si Google entretient un monopole dans le domaine de la publicité en ligne. Un procès inédit pourrait s’ouvrir d’ici à l’automne.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le monopole publicitaire de Google dans le collimateur de la Justice américaine
Le monopole publicitaire de Google dans le collimateur de la Justice américaine © Google

Sa casquette de géant publicitaire vaut à Google de s’attirer les foudres des autorités. Tout comme les procureurs généraux de nombreux d’Etats fédérés, le département américain de la Justice aurait l’intention de poursuivre dans les prochains mois la multinationale du fait de son monopole dans le domaine de la publicité en ligne. Le procès de la firme de Mountain View pourrait démarrer entre l’été et l’automne 2020. En quelques mois, gouvernements fédéral et locaux auraient obtenu jusqu’à 100 000 documents de la part de Google. Des documents qui leur permettraient d’affirmer que l’entreprise use bel et bien de sa position pour écraser toute forme de concurrence.

VERS UNE PREMIÈRE AUX ÉTATS-UNIS

Ni le département de la Justice, ni les procureurs généraux des Etats fédérés concernés n’ont indiqué si la plainte serait déposée en leurs deux noms ou de manière séparée. "Le calendrier n’a pas été retardé par la pandémie de Covid-19, a toutefois fait savoir le procureur général du Texas, Ken Paxton. Nous espérons boucler notre enquête d’ici à l’automne et, dans le cas où nous estimerions que cela le mérite, nous irons en justice en suivant" Une telle action en justice serait inédite aux Etats-Unis, où gouvernements fédéral et locaux ont statué il y a sept ans que Google n’avait pas violé les lois en matière de concurrence.

La situation n’est pas la même dans l’Union européenne, où la société a été condamnée à de multiples reprises à régler des amendes record de plusieurs milliards d’euros pour avoir écrasé la concurrence dans les domaines de la publicité et de la recherche en ligne. Des décisions qui ont sûrement motivé les enquêteurs américains à se repencher sur le dossier des géants de la Silicon Valley l’an dernier. C’est dans le courant du mois de septembre 2019 que les premières demandes de documents ont été formulées à Google… qui assure continuer à collaborer avec les autorités. "Notre but est de fournir des services qui aident les consommateurs, soutiennent des milliers d’entreprises et entretiennent la compétition", s'est contentée de commenter Julie Tarallo McAlister, porte-parole de Google.

Alors que la quasi-totalité des 50 procureurs généraux américains ont décidé de prendre part à l’enquête, la situation pourrait s’avérer particulièrement complexe pour la firme de Mountain View. Ken Paxton a, en effet, déclaré que "toutes les sanctions étaient sur la table" dans le cas où cette dernière serait jugée coupable – y compris son éclatement en plusieurs entités distinctes, si nécessaire. Pour rappel, le Congrès américain a également lancé début juin 2019 un examen approfondi de la concurrence sur le marché du numérique. L’hypothèse de scissions forcées fait son chemin dans le but de garantir la compétitivité du secteur et favoriser l’émergence d’acteurs tiers.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media