Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le néo-assureur Seyna lève 33 millions d'euros et creuse son sillon chez les courtiers

Levée de fonds L'assurtech, spécialisée dans les produits d'assurance dommage et les outils technologiques pour les courtiers et l'assurance embarquée, a l'intention de se lancer dans l'assurance santé.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le néo-assureur Seyna lève 33 millions d'euros et creuse son sillon chez les courtiers
L'équipe de direction de Seyna. © Seyna

Seyna, l'une des premières assurtech à avoir obtenu le statut de compagnie d'assurance, annonce une levée de fonds de 33 millions d'euros en série A menée par White Star Capital, le plus gros investisseur sur ce tour, et Elaia Partners, avec le concours des investisseurs historiques Global Founders Capital, Allianz et la Financière St James.

Les clients de Seyna sont les courtiers, auxquels la start-up propose à la fois une plateforme technologique (logiciel back-office) et des produits d'assurance dommage sur-mesure (assurance chien-chat, panne d'appareils électroménagers, vol de téléphone, loyer impayé, rachat de franchise, annulation voyage…).

Ce modèle a  séduit 70 courtiers et marques (retailers) à date, couvrant environ 200 000 clients finaux. Seyna indique avoir enregistré une croissance de 700% en 2021, et avoir passé la barre des 12 millions d'euros de primes émises. Il a également lancé une place de marché à destination des réassureurs.

Assureur et fournisseur technologique
En 2022, l'assureur basé à Neuilly-sur-Seine prévoit d'ouvrir sa plateforme à d'autres compagnies, afin de permettre aux courtiers de gérer l'ensemble de leur activité depuis un guichet unique. Il a également pour objectif d'étendre ses couvertures à l’assurance santé et à l'événementiel.

Depuis le début de l'année, les levées de fonds se succèdent dans le secteur de l'assurtech, avec les opérations de Stoïk (3,8 millions d'euros) et Descartes Underwriting (120 millions de dollars). Luko, de son côté, a racheté l'allemand Coya pour obtenir son agrément d'assureur européen.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.