Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le nouveau service de covoiturage français Less lève 16 millions d'euros

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds La start-up Less a réussi une première levée de fonds de 16 millions d'euros. L'entreprise a également lancé la version bêta de sa nouvelle application de covoiturage pour les déplacements urbains. Son déploiement est prévu pour janvier 2018.

16 millions d'euros pour Less, le nouveau service de covoiturage français
Après avoir fondé Criteo en 2005, l’entrepreneur Jean-Baptiste Rudelle pilote ce nouveau projet dans les transports. © DR

Less, une nouvelle application mobile de covoiturage courtes distances, vient d'officialiser sa première levée de fonds à hauteur de 16 millions d’euros. La start-up lance cette semaine une version bêta à destination des conducteurs. Après avoir fondé Criteo en 2005, l’entrepreneur Jean-Baptiste Rudelle pilote ce nouveau projet dans les transports. A ses côtés : Romain Niccoli (co-fondateur de Criteo), Florent Boutellier (dirigeant de Navx) et Francis Cohen (président du conseil d’administration de Sien).

 

“Ce tour de table a été mené par Index Ventures et Daphni. Les fondateurs ont aussi participé à la levée de fonds”, précise Less. Dominique Vidal d’Index et Marie Ekeland de Daphni, désormais présidente du CNNum, siègeront d’ailleurs au conseil d’administration de Less. Par le passé, ces deux investisseurs avait déjà participé à l’investissement de Criteo.

 

 

Un lancement étendu prévu pour janvier 2018

Sur le marché concurrentiel du covoiturage, Less veut se concentrer sur les territoires urbains et bâtir “une communauté de conducteurs solidaires”. Attirer les automobilistes sera le défi de ces prochains mois puisque l’application n’est ouverte qu’aux chauffeurs pour l’instant. L’ouverture du service aux passagers est normalement prévue pour janvier 2018.

 

L’application est déjà disponible sur l’App Store et Google Play. Pour se démarquer des autres nombreux services (comme Karos, Ecov, Citigoo ou encore Blablalines du géant Blablacar), elle veut permettre aux conducteurs de ne pas dévier de leur trajet pour ramasser les passagers. Pour ces derniers, Less veut proposer un service instantané, avec un minimum d’attente.

 

 

Un modèle économique basé sur les commissions

 

 

Le modèle économique de l’entreprise, qui compte déjà une vingtaine de collaborateurs, reposera sur les commissions appliquées aux futurs trajets. D’ici là, elle compte sur la levée de fonds pour se lancer en région parisienne. A plus long terme, Less pourrait s’étendre vers d’autres villes en France, voire à l’étranger.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale