Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Face aux critiques, Amazon jette l'éponge à New York

[Actualisé] Le nouveau siège d'Amazon exclut New York mais se maintient dans la banlieue de Washington. Pour ce projet, le groupe avait investi 5 milliards de dollars et devait créer 50 000 emplois.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Face aux critiques, Amazon jette l'éponge à New York
Le nouveau siège d'Amazon sera partagé entre New York et Washington. © Juliette Raynal

Mise à jour (15/02/2019) : Contre toute attente, Amazon n’implantera pas de siège supplémentaire à New York, selon un billet posté sur le blog de l'e-commerçant posté le 14 février 2019. La société de Seattle a jeté l'éponge sous le feu des critiques de responsables municipaux du parti démocrate, de mouvements syndicaux et associatifs, qui lui reprochaient un régime fiscal très avantageux obtenu en échange de la promesse d’emplois. Le projet devait permettre de créer des dizaine de milliers d'emplois, notamment dans le Queens, moyennant une aide fiscale de 1,5 milliard de dollars, soit 1,3 milliard d’euros. Amazon ne semble néanmoins pas remettre en cause son projet près de Washington et ses 25 000 emplois et celui de Nashville (Tennessee) avec 5 000 emplois prévus.

 

5 milliards de dollars d'investissement prévus

Après 14 mois passés à rechercher le site idéal pour implanter son nouveau quartier général, le géant américain avait finalement décidé de couper la poire en deux et de partager ses nouveaux locaux entre deux villes, a-t-il annoncé dans un communiqué. Long Island City, dans le quartier du Queens, à New York, et Crystal City, un quartier d’Arlington, en Virginie, avaient été choisis.

 

Les deux villes devaient se partager les 5 milliards de dollars qu’Amazon avait annoncé investir dans son nouveau projet, baptisé “HQ2”. Elles devaient bénéficier aussi des 50 000 emplois que la société entendait y créer ces 20 prochaines années. En échange, Amazon devait recevoir près de 1,525 milliard de dollars d'avantages fiscaux de la ville de New-York et 573 millions d’aides de l'Etat de Virginie.

 

Le géant américain va néanmoins conserver le projet de Crystal City, et ouvrir un troisième site, de moindre ampleur, à Nashville, dans le Tennessee, afin de superviser les opérations logistiques. Plus de 5 000 emplois y seront ainsi créés dans la région. Les travaux sont annoncés pour début 2019, comme les embauches.

 

Se rapprocher de ses clients

En portant son choix sur ces deux agglomérations, Amazon s'assurait de pouvoir recruter plus largement, mais aussi plus aisément que dans la Silicon Valley où les entreprises, confrontées à une pénurie d’informaticiens, se disputent les talents. “Ces deux sites nous permettront d'attirer les talents du monde entier", avait alors indiqué le patron d'Amazon, Jeff Bezos.

 

Selon le Financial Times, ce choix permettait également au groupe d’appuyer sa stratégie, car en s’installant à New York, la société se rapprochait des secteurs de la mode, des banques et de la publicité, où elle entend creuser son sillon. En posant ses valises dans le quartier d’Arlington, elle se rapproche en revanche de ses gros clients, dont le ministère de la Défense auquel Amazon entend bien fournir ses services de cloud computing en décrochant un contrat à 10 milliards de dollars.

 

L'annonce d'Amazon avait provoqué des débuts de spéculations foncières dans les deux villes élues. A New York, les inquiétudes se portaient notamment sur la pression immobilière que le nouvel afflux d'employés pourrait faire peser sur la ville et ses environs. Les habitants aux revenus les plus modestes pourraient avoir à quitter le quartier, faut de pouvoir assumer l'augmentation de leur loyer, relève le Washington post.

 

 

Amazon n’est pas le seul géant qui cherche à s’étendre en dehors de sa zone historique. Le nouveau projet immobilier de Google à Manhattan pourrait accueillir 12 000 nouveaux salariés. De quoi doubler les effectifs de la filiale d’Alphabet dans la ville et marcher sur les nouvelles plates-bandes d’Amazon.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale