Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le numérique sur le Tour de France : la performance des coureurs, le plaisir des fans

Reportage Comme ailleurs, le numérique s'est immiscé un peu partout sur les étapes du Tour de France. S'il n'a encore que peu d'influence en course, le digital est bien présent dans les camions de toutes les équipes. Il change aussi la relation des coureurs et sponsors avec les supporters et améliore la diffusion de cet événement d'ampleur mondiale.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le numérique sur le Tour de France : la performance des coureurs, le plaisir des fans
Un coureur à 1 km de l'arrivée de la Caverne du Pont-d'Arc, le 15 juillet 2016. © Charles Foucault

Ambiance morose ce 15 juillet sous le soleil de Bourg Saint-Andéol (Ardèche), pour la 13e étape du tour de France. Le silence régnait sur le village départ, l'horreur de Nice était dans toute les têtes. Avant ce premier contre la montre de 37 kilomètres, sur la petite route qui monte au centre du bourg, entre les bus des équipes, les coureurs s'échauffent.

 

La plupart d’entre eux placent pour cela la roue arrière de leur vélo sur un banc leur permettant de pédaler sur place. Mais devant leurs bus installés dans le virage qui monte au cœur du village, les équipes comme Sky (Chris Froome) et Astana (Vincenzo Nibali)  démontent la roue arrière pour l'installer sur une machine. "L’engin communique et remonte les informations de puissance et de vitesse, explique Patrice Esnault, ancien cycliste professionnel qui compte 5 participations au tour de France entre 1986 et 1993. Les équipes peuvent également simuler des parcours en programmant la résistance opposée par la machine." Le moteur peut exercer une résistance de 2200 W maximum et simuler de manière réaliste une pente jusqu’à 25% ou différents revêtements de route (bitume, pavés, graviers…) explique la société néerlandaise Tacx à l’origine de cette innovation. Les données relatives aux performances du coureur qui l’utilise sont transmises à un smartphone, un ordinateur ou une montre via ANT+ et Bluetooth.

 

 

Dérailleur wireless

Un peu plus haut, l'analyse fine des vélos de l'équipe Katusha révèle une petite différence avec ceux de leurs concurrents : l'absence de câbles reliés aux dérailleurs. Si tous les coureurs ont depuis maintenant 5 ou 6 ans les changements de vitesses électriques proposés par Shimano ou Campagnolo, ceux de l'équipe russe comme ceux d'AG2R (Romain Bardet) ont opté cette année pour une innovation signée de l'entreprise américaine Sram : un dérailleur sans fil, utilisant le protocole wireless propriétaire Airea pour faire changer les vitesses, à l'avant comme à l'arrière. Si le gain en poids n'est pas évident (une batterie est nécessaire), Sram assure que l'avantage réside dans la simplicité d'usage. Cela permet aussi à l'entreprise américaine d'exister sur ce marché verrouillé en contournant les brevets de Shimano et Campagnolo.

 

Le système présente également un intérêt pour les mécaniciens qui n'ont plus à se préoccuper des câbles explique Jonathan Fazan, responsable du service course chez l'équipe suisse IAM Cycling (qui n'a pas encore adopté ce système, mais qui y réfléchit), installée plus bas, vers le Rhône. Les vélos qu'il déplace et prépare quotidiennement sont tous, comme ceux des autres équipes, dotés d'un pédalier SRM avec capteur de puissance. "Il mesure la déformation de la manivelle avec une précision de l'ordre du micromètre et envoie ces données par ANT au compteur qui est sur le guidon, explique le technicien. Celui-ci transforme ces informations en puissance (watts) et en couple (n.m)." Le cycliste connait la puissance qu'il doit développer en fonction du parcours pour être bien et celle qu'il ne doit pas dépasser pour ne pas se mettre dans le rouge. "Pour l'instant seul le coureur peut avoir l'info en temps réel, la transmission est interdite, reprend Jonathan Fazan. Mais cela va peut-être changer, les médias poussent pour en disposer." En attendant, les directeurs sportifs téléchargent les données de leurs coureurs après les étapes et peuvent en tirer des analyses. "C'est beaucoup plus précis que le suivi à la sensation ou au cardio d'avant, car ces paramètres évoluaient avec la course", se souvient Patrice Esnault.

 

interactions avec les fans

Depuis le tour 2015, toutes les selles sont également équipées d'un tracker GPS. "Cela marchait mal l'année dernière, cela marche mieux cette année, témoigne Jonathan Fazan. L'intérêt est surtout pour le téléspectateur mais les équipes pourraient l'utiliser pour connaitre les positions des concurrents ou les compositions des groupes… Mais pour ces infos comme pour les données physiologiques, l'UCI (Union cycliste internationale) freine, pour que l'humain prime sur la machine."

 

En remontant la rue, derrière les bus du maillot jaune et des autres coureurs de la Sky, installés sur une petite place à l'ombre des arbres, les coéquipiers du principal concurrent de Chris Froome, Nairo Quintana (Movistar) font également chauffer les pédales. Pour Juan Pablo Molinero, le CMO de l'équipe : "En F1, on peut presque conduire la voiture depuis les stands mais le cyclisme ça reste un coureur sur un vélo et la transformation digitale est davantage notable sur la communication que sur les performances. Plus d'un million de personnes nous suivent désormais sur les réseaux sociaux, cela a changé nos interactions avec nos fans et nos activités commerciales." Pour lui comme pour d'autres professionnels croisés sur le circuit, la prochaine révolution sera sur la télévision avec une diffusion des courses en direct en 3D et à 360° depuis des caméras installées sur les athlètes ou leur monture.

 

 

80 kilomètres de fibres optiques

Déjà, pour que tous les fans de cyclisme autour du monde suivent la course la plus prestigieuse de l'année, le déploiement technologique est impressionnant. 40 techniciens d'Orange (auxquels s'ajoutent 10 chauffeurs de camions pour transporter les 12 tonnes de matériel), installent chaque jour l'infrastructure nécessaire à la diffusion de la course aux quatre coins de la planète. En 2015, 2000 personnes avaient été accréditées pour couvrir l'événement. Pour cela, au-delà du wifi dans huit zones et des 750 points de chronométrage ADSL, l'opérateur français partenaire de la course met à disposition des médias 2,3 Gbit/s de débit à l'aide de 80 kilomètres de fibres optiques. "C'est comme équiper un village de 500 personnes tous les jours, explique Henri Terreaux, Directeur Évènementiel chez Orange Business Services. Sauf qu'en plus on ne nous donne pas de plan, les 150 camions des chaines de télé s'installent où ils veulent et ils doivent pouvoir envoyer des images même si nous sommes au milieu de rien et qu'il fait un temps exécrable."

 

Et quand l'organisateur de la course (ASO) décide d'annuler l'arrivée en haut du Mont Ventoux pour cause de vent comme il l'a fait ce 13 juillet pour la 12e étape, les équipes d'Orange passent la nuit à descendre 6 kilomètres de câble de fibre optique jusqu'à la nouvelle ligne d'arrivée. Ça c'est du sport !

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale