Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le numérique, une source majeure d'économie pour l'Etat en Corée du Sud

La Corée du Sud aurait fait l’equivalent de 278 millions d'euros d’économie grâce à des outils numériques performants utilisés dans le fonctionnement de l’Etat. Un exemple à suivre pour le gouvernement français qui annonçait en mars dernier un “choc de simplification” administratif.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le numérique, une source majeure d'économie pour l'Etat en Corée du Sud
Le numérique, une source majeure d'économie pour l'Etat en Corée du Sud © Brnzwngs - Flickr - C.C.

Alors que François Hollande a annoncé en mars dernier un paquet de mesures, le "choc de simplification", destiné à alléger les démarches administratives en France, la Corée du Sud s'est vue décerner en mai le prix des Nations Unies du Service Public pour son utilisation du numérique dans le fonctionnement de l'Etat, prouvant que la recette digitale marche. Et pour preuve, le système sud-coréen "Architecture d'Entreprise" (AE) aurait permis une économie de 400 milliards de won, soit 278 millions d'euros, au ministère de la Sécurité et de l'Administration Publique qui l'a adopté dès 2008.

En France, le sujet a été évoqué maintes fois sans vraie avancée, mais on peut espérer que les mesures de simplification annoncées prendront exemple sur cette belle réussite. En effet, le rôle de l'Etat dans la révolution numérique n'est pas anodin, comme le rappelle Gilles Babinet, en charge des enjeux du numérique pour la France auprès de la Commission Européenne, interviewé par L'Usine Nouvelle lors du Smart Industry Summit. "On doit réformer profondément un système qui coûte quand même 60 milliards par an," explique-t-il, et "la tête de l'Etat doit donner l'exemple" en termes d'innovation.

Améliorer la performance du service public

Comment la Corée du Sud a-t-elle donc mis au point un système si performant ? AE est un outil numérique qui évite le chevauchement entre différents ministères, en créant un système de normes spécifiques à chaque agence gouvernementale, comme le montre l'illustration ci-dessous. Il a permis à 388 organisations de partager un même programme normalisé de statistiques.

 

Depuis plusieurs années, la Corée du Sud a mis au point des systèmes numériques améliorant la performance du service public et la participation citoyenne, à chaque fois récompensés par l'ONU, comme le Smart Entry Service en 2007, qui permet aux détenteurs d'un passeport électronique de passer directement au guichet automatique, ou bien ses efforts pour améliorer l'autonomie des régions rurales en 2011.

Si l'Etat doit montrer l'exemple, il ne s'agit pas simplement de mettre au point des outils numériques performants, mais de comprendre et embrasser pleinement la révolution numérique et les opportunités qu'elle apporte. C'est tout un écosystème qu'il faut revoir. Lundi 3 juin, Fleur Pellerin, ministre chargée de l'Economie numérique en France, se rendait, après la Corée du Sud, dans la Silicon Valley pour rencontrer les poids lourds du Web. Un début pour montrer que l'Etat français entend rattraper son retard dans une économie qui ne représentait encore que 3,2% de son PIB en 2009, plaçant la France 20e du classement mondial.

Nora Poggi

 

Toutes les usines sont numériques

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.