Le numéro d'équilibriste de Twitter sur le cyberharcèlement

Twitter a annoncé une mise à jour de ses mesures de protection contre le cyberharcèlement, un fléau sur la plateforme. Mais dans le même temps, le réseau a aussi annoncé une fonctionnalité longtemps attendue : la possibilité de recevoir des messages privés de tous. Le but : augmenter les opportunités pour les professionnels, malgré des conséquences pour la protection des utilisateurs.

Partager
Le numéro d'équilibriste de Twitter sur le cyberharcèlement

"Nous devons nous assurer que personne n’est réduit au silence par peur de s’exprimer", affirme Twitter dans son communiqué annonçant nouvelles mesures de protection contre le cyber-harcèlement. En effet, dans un message interne envoyé aux employés qui avait fuité dans la presse, le PDG Dick Costolo avait en effet admis : "nous perdons de plus en plus d’utilisateurs actifs en ne traitant pas les situations de harcèlement auxquelles ils font face tous les jours."

Les nouvelles mesures anti harcèlement permettent notamment d’étendre la définition de "menaces violentes", et d’inclure les menaces indirectes et les tweets qui promeuvent la violence. Cet élargissement sémantique permet de lutter plus efficacement contre les abus de langages. Les utilisateurs suspectés de proférer des menaces seront de plus, parfois, obligés d’authentifier leur compte via leur numéro de téléphone.

UN TRIPLEMENT DE L’ÉQUIPE ANTI-ABUS

D’autres mesures permettent de suspendre temporairement certains comptes d’utilisateurs. Un nouvel outil en beta test bloque automatiquement certains tweets dont le style ressemble à du cyber-harcèlement. Ce nouvel algorithme n’empêchera pas la publication d’un tweet abusif. Mais il le repérera automatiquement et évitera qu’il n’apparaisse dans le fil d’actualité de la personne visée.

Twitter, qui fait face à une pression croissante de la part de ses actionnaires pour faire grandir sa base d’utilisateurs, s’est jusqu’à présent montré réticent à être trop sévère envers les utilisateurs abusifs. Toutefois, les plaintes se sont multipliées et les cas de harcèlement ont pris trop d’ampleur pour être ignorés (comme l’affaire "GamerGate" qui visait des femmes dans le jeu vidéo, ou encore le cas de la fille de Robin Williams obligée de quitter la plateforme après la mort de son père). Twitter a réalisé que le risque de perdre des utilisateurs était trop grand et a triplé son équipe en charge de la modération des abus.

Mais les messages privés directs autorisés

Pourtant, la même semaine, Twitter annonçait une nouvelle fonctionnalité très attendue : la possibilité de recevoir des messages privés de tous, même d’utilisateurs que l’on ne suit pas, en activant la fonction dans ses paramètres. C’est un moyen pour Twitter d’attirer les journalistes, professionnels et commerçants qui ont longtemps demandé cette modification pour envoyer des messages privés à loisir. Les marques pourront aussi recevoir plus de commentaires directs de leurs clients, qui ne voulaient pas forcément les rendre publics.

Cette modification arrive également à un moment où Twitter doit faire face à une concurrence accrue des services de messagerie privée comme Whatsapp, Facebook Messenger ou Snapchat.

UN MODÈLE QUI NE FAIT PAS L’UNANIMITÉ

Toutefois, les activistes contre le cyber-harcèlement comme le journaliste américain Ezra Klein ont dénoncé cette fonctionnalité qui exclut selon eux les personnes susceptibles d’être menacées, qui ne pourront pas choisir cette nouvelle option.

Par ailleurs, de nombreux utilisateurs luttant contre le cyber-harcèlement estiment que les nouvelles mesures de protection de Twitter n’empêchent pas un utilisateur abusif de recréer d’autres comptes pour poursuivre sa cible sous d’autres identités. La bataille est loin d’être gagnée pour Twitter.

Nora Poggi

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS