Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un "passeport pour les véhicules connectés", une application industrielle et très sérieuse des NFT

La société française Blockchain Xdev développe, dans le cadre d'un consortium rassemblant les acteurs de la filière automobile et singulièrement les assureurs, un projet de "passeport" qui enregistrera toutes les données du cycle de vie d'un véhicule sur la blockckain.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un passeport pour les véhicules connectés, une application industrielle et très sérieuse des NFT
Un "passeport pour les véhicules connectés", une application industrielle et très sérieuse des NFT © NXP

Les véhicules connectés vont collecter des données. Beaucoup de données. C'est un immense nouveau marché qui s'annonce. A l'échelle de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, par exemple, ce sont 25 millions de véhicules attendus en 2026.

Dans l'écosystème automobile, "tout le monde collecte de la donnée, et tout le monde est intéressé par les données collectées par les autres", remarque Charles Kremer, CEO et cofondateur de Blockchain Xdev, filiale du français The Blockchain Group qui accompagne ses clients (industriels, banque et assurance…) dans leurs projets blockchain depuis 2019. La société est à l'initiative, avec l'IRT SystemX, d'un projet encore en phase d'expérimentation de passeport pour les véhicules connectés, destiné à satisfaire cet appétit pour les données associées.

Compiler, tracer, certifier
Ce "passeport" digital est soutenu par un consortium qu'ont rejoint fin janvier Covéa (Maaf, MMA, GMF) et Société Générale Assurances. Stellantis (PSA), Mobivia (Norauto, Midas), Matmut, Crédit Agricole Assurances et Inter Mutuelles Assistance en faisaient déjà partie.

"L'idée de cette solution est de compiler, tracer, certifier et de rendre disponibles toutes les données qui caractérisent la valeur d'un véhicule : kilométrage, historique d'entretien, comportement du conducteur, etc. Des données qui sont déjà accessibles, mais de manière fragmentée", explique Charles Kremer. Pour cela, il a recours à la blockchain Tezos. "C'est le moyen qui va permettre de tracer et d'horodater les données de façon décentralisée, tout en les laissant là où elles sont. Il serait possible de le faire de manière centralisée dans une base de données, mais cela serait inenvisageable d'un point de vue business."

Un NFT représentant le véhicule
Concrètement, la plateforme créée par Blockchain Xdev permettra "d'émettre et de gérer un NFT représentant le véhicule et l’ensemble des données qui caractérisent son cycle de vie", exposent Covéa et Société Générale Assurances. Les NFT, ou "jetons non-fongibles" en bon français, ont la cote dans le milieu de la spéculation financière, mais il s'agit là d'une rare application industrielle.

La donnée sera visible dans une application, et ce fichier numérique changera de propriétaire au moment de la revente du véhicule. Si la collecte reposera avant tout sur les constructeurs et les réseaux d'entretien, les assureurs, eux, seront plutôt consommateurs des données. "Ils y voient beaucoup de bénéfices pour analyser le risque", commente Charles Kremer.

Enjeu de portabilité
Chacun piochera donc, moyennant rémunération, dans la donnée disponible. D'où l'idée d'une plateforme multi-acteurs et décentralisée. Les assureurs ne sont pas les seuls acteurs susceptibles d'être intéressés. Par exemple, les constructeurs n'ont aujourd'hui pas de visibilité sur les réparations qui ne sont pas effectuées dans leur réseau. Les concessionnaires ont besoin de ces informations pour la reprise d'un véhicule, et même les autorités sont concernées, en cas de fraude au kilométrage ou d'épave en circulation.

"La solution répond à un enjeu clé de portabilité de la donnée pour la filière automobile et s’inscrit dans une démarche collaborative de partage et de valorisation de la donnée du véhicule sur le marché français", ajoutent les deux derniers assureurs à avoir rejoint le consortium.

En attendant un lancement opérationnel, au mieux en 2023 ou 2024, la phase d'expérimentation permettra de "comprendre comment les parties prenantes vont pouvoir créer de la valeur entre elles", nous précise le CEO de Blockchain Xdev, qui édite par ailleurs des logiciels permettant de développer des applications utilisant la blockchain. La société a notamment contribué à un jeu de fantasy football similaire à Sorare, intitulé Fanlive.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.