Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le Pentagone ouvre à la concurrence le contrat cloud JEDI remporté par Microsoft contre Amazon

Après deux ans de contentieux, le Pentagone a annoncé mettre fin au partenariat avec Microsoft pour l'attribution du contrat cloud JEDI de 10 milliards de dollars. Le ministère américain de la Défense a indiqué proposer un contrat multi-fournisseurs et ouvrir ainsi son offre à la concurrence pour éviter de nouveaux litiges, comme ce fut le cas avec Amazon qui a intenté un procès pour contester la décision initiale.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le Pentagone ouvre à la concurrence le contrat cloud JEDI remporté par Microsoft contre Amazon
Le Pentagone ouvre à la concurrence le contrat cloud JEDI remporté par Microsoft contre Amazon © Wikimedia Commons

Microsoft en passe de perdre officiellement le contrat cloud JEDI du Pentagone. Le ministère américain de la Défense (DoD) a annulé mardi 7 juillet 2021 ce contrat qui vise à moderniser le système d'information des forces armées américaines, et comporte un budget de 10 milliards de dollars. Le DoD revient ainsi sur la décision du gouvernement de Donald Trump et ouvre la voie aux concurrents de Microsoft. A commencer par Amazon qui conteste depuis le début l'attribution de ce contrat.


Un attribution contestée 
En 2019, le Pentagone a attribué le contrat à fournisseur unique à Microsoft alors qu'Amazon Web Services (AWS), plus grand fournisseur de cloud, était pressenti gagnant. Par la suite, Amazon s'est lancé dans une procédure judiciaire pour contester cette décision. Procédure qui a conduit un juge à suspendre temporairement ce contrat.

Amazon a déclaré en 2019 que la décision du Pentagone était pleine d'"erreurs flagrantes" qui résultaient d'une "pression inappropriée de Donald Trump", rapporte Reuters. L'animosité du président de l'époque envers Amazon et son fondateur Jeff Bezos a été mise en avant. Après une enquête interne, le DoD, de son côté, a maintenu sa décision d'attribuer le contrat JEDI à Microsoft. Mais le conflit sur le plan juridique persistait.

Un nouveau contrat multi-fournisseurs
Aujourd'hui, après deux ans de contentieux judiciaire, le DoD a indiqué mettre un terme au contrat tel qu'il est actuellement. Il a annoncé ouvrir un nouveau contrat multifournisseurs appelé "Joint Warfighter Cloud Capability contract". "En raison de l'évolution des exigences, le contrat JEDI Cloud ne répond plus à nos besoins", justifie le ministère dans un communiqué. "JEDI a été développé à une époque où les besoins du ministère étaient différents et où la technologie des fournisseurs de services en cloud était moins mature", a déclaré John Sherman, directeur de l'information du ministère de la Défense.

Déjà en janvier dernier, dans une déclaration au Congrès, le ministère de la Défense avait laissé entendre qu'un conflit prolongé avec Amazon pourrait compromettre l'avenir de JEDI, à cause d'un "besoin urgent et non satisfait" d'informatique en cloud. Cette décision n'est donc pas une surprise. Selon CNBC, le ministère de la Défense considère qu'Amazon et Microsoft sont les seules entreprises capables actuellement de fournir l’infrastructure nécessaire. Mais il prévoit tout de même de réaliser une étude de marché pour évaluer d'autres concurrents et déterminer si d'autres fournisseurs pourraient également se joindre aux deux géants du secteur.

Amazon et Microsoft se disent prêts
Microsoft et Amazon ont immédiatement réagi à l'annonce du ministère. Un porte-parole d'Amazon a déclaré à The Verge que la société "comprend et est d'accord avec la décision d'aujourd'hui". Selon lui, "l'attribution du contrat n'était pas basée sur le mérite des propositions, mais était plutôt le résultat d'une influence extérieure qui n'a pas sa place dans les marchés publics."

De son côté, Microsoft a répondu à la décision par un billet de blog. "Le DoD a été confronté à un choix difficile : poursuivre ce qui pourrait être une bataille contentieuse de plusieurs années ou trouver une autre voie à suivre", a écrit la société. "Microsoft est un partenaire solide du ministère de la Défense depuis plus de 40 ans, et nous nous sommes publiquement engagés à mettre à disposition notre meilleure technologie pour soutenir leur mission", a conclu Microsoft.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.