Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le petit Ollie, jeu roulant et connecté né du big data, veut faire mieux que son grand frère Sphero

La start-up Orbotix, rebaptisé Sphero, lance Ollie, son nouveau jouet connecté. Il devrait répondre aux frustrations des joueurs de Sphero, la balle programmable et télécommandée par smartphone. Lancée il y a un an, elle s'est imposée comme la meilleure vente de l’Apple store.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le petit Ollie, jeu roulant et connecté né du big data, veut faire mieux que son grand frère Sphero
Tout juste diplômé de Telecom Paris Tech, Quentin Michelet vient de rejoindre l'équipe de Sphero © Aurélie Barbaux

Sphero, la balle connectée lancée il y a un an, est un succès. Meilleure vente de sa catégorie sur l’Apple Store, elle s’est écoulée à 400 000 exemplaires. Son éditeur, Orbotix, créé en 2010 à Boulder (Colorado) par Ian Bernstein (un génie de la robotique) et Adam Wilson (un génie du développement), a donc décidé de capitaliser sur ce succès. L’entreprise vient de changer de nom pour se rebaptiser Sphero. Elle a surtout analysé finement les datas des joueurs de Sphero, grâce au service Flurry (de Yahoo !), pour développer son successeur Ollie, un rouleau roulant et connecté, lancé cet automne en France (Colette, Fnac, Link, Boulanger…). "Sphero est un laboratoire teste du jeu mobile connecté", résume Kelly Zachos, VP marketing et vente de Sphero qui a fait ses armes durant six ans chez… Parrot.

Des accessoires à imprimer

Les joueurs de Sphero avaient tendance à abuser du bouton "booster" de leur application. Ils étaient frustrés en termes de figurent réalisables avec leur balle… Ollie a été développée à partir de leur data de jeu, pour les satisfaire. Le rouleau télécommandé va beaucoup plus vite (6m/s) et peut réaliser, à partir d’un jeu de 9 commandes, des centaines de figures. Mieux : des fichiers d’accessoires à imprimer en 3D (qui seront plus tard vendus déjà imprimés de 20 à 30 euros), permettent par exemple de lui accrocher une camera de type GoPro. Des enjoliveurs de couleurs antidérapants livrés avec permettent de le personnaliser et un jeu de 4 applications de le programmer. Seule l’autonomie, d’une heure, ne semble pas avoir été améliorée. 

Un ingénieur français rejoint l’équipe

Via le programme Techstars, Sphero a levé plus de 38 millions de dollars. Pour accompagner son développement, la start-up a fait appel à Paul Berberian qui en est devenu le CEO. L'homme a déjà dirigé sept entreprises, notamment dans le secteur de la vidéoconférence. Sous ses ordres, l’entreprise, compte aujourd’hui 56 personnes. Elle vient également de recruter un jeune diplômé de Telecom Paris Tech, Quentin Michelet, qui avait eu la bonne idée d’avoir comme projet d’étude une balle connectée. Elle l’a amené à décrocher un stage de 6 mois chez Sphero, qui vient de déboucher sur un emploi fixe à Boulder, dans le Colorado.

Aurélie Barbaux

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale