Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le phénomène Twitch : du jeu vidéo communautaire à la communication politique

La popularité de Twitch, leader du streaming vidéo en direct, ne se dément pas. Bastion des communautés de gaming compétitif, la plateforme connaît aussi un succès grandissant pour la diffusion de musique, et attire les chaînes de télévision, les clubs de sport et même les hommes politiques. Une diversification qui rappelle l'origine de Twitch, lorsqu'elle n'était qu'une chaîne du site web Justin.tv. Retour sur l'histoire de cette start-up hors norme.
mis à jour le 28 février 2021 à 23H59
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le phénomène Twitch : du jeu vidéo communautaire à la communication politique
Le phénomène Twitch : du jeu vidéo communautaire à la communication politique © Gage Skidmore - CC BY-SA 2.0

Le succès de la plateforme de diffusion de vidéo en direct Twitch, rachetée en 2014 par Amazon, ne se dément pas. Spécialisée dans les contenus liés aux jeux vidéo (matchs compétitifs, découvertes de nouveaux titres, speedruns, commentaires et analyses...), elle séduit aussi de plus en plus de créateurs venus d'autres secteurs.

Musiciens, journalistes et même politiciens se lancent sur Twitch, y voyant un nouveau canal de communication auprès des jeunes. Le gouvernement français s'y est essayé cette semaine avec le lancement de la chaîne de son porte-parole Gabriel Attal. Mais cette plateforme est-elle bien appropriée à ces sujets, et son public y est-il réceptif ? Ces questions sont l'occasion d'une rétrospective sur cette plateforme qui existe depuis déjà 15 ans.

Justin.tv et la genèse de Twitch
L'histoire de Twitch commence avec celle de Justin.tv. Le 19 mars 2017, à San Francisco, Justin Kan lance un site web portant son nom sur lequel il diffuse ce que filme une webcam avec micro qu'il porte accrochée à une casquette 24H/24, le tout relié à un ordinateur qu’il porte sur son dos. Il est épaulé sur le plan technique par trois comparses : Emmett Shear, Kyle Vogt et Michael Seibel. Le site utilise à l'époque la technologie Adobe Flash.

Ce concept de "life streaming" ou "lifecasting" n'est déjà pas nouveau à l'époque. Il fait suite aux expériences du professeur Steve Mann dès les années 80 ou encore à Jennicam.org, un site web lancé en 1996 par Jennifer Ringley alors qu'elle est étudiante. Cependant, l'augmentation du débit des connexions à Internet, de la qualité des webcams et de l'immédiateté des moyens de communication change la donne en permettant des interactions avec le public, qui va par exemple s'amuser à commander des pizzas à Justin Kan contre sa volonté.

Suite au succès du site, Justin.tv ouvre la porte à d'autres "lifecasters" à l'été 2017, dont notamment Justine Ezarik, toujours active sur YouTube aujourd'hui sous le nom iJustine. Le site lance rapidement des dizaines de chaînes différentes, non seulement aux Etats-Unis mais aussi à l'international. Tous les streamers n'ont pas l'équipement nécessaire pour filmer ce qu'ils font hors de chez eux et la plupart se filment seulement à l'aide d'une caméra posée sur leur bureau. En octobre, Justin.tv devient une plateforme ouverte à tous, et six mois plus tard elle compte des dizaines de milliers de comptes, répartis dans des catégories comme People & Lifecasting, Sports, Music & Radio, Gaming, News & Tech ou Animals.

une plateforme dédiée au Gaming
Parmi les différentes chaînes qui se trouvent sur la plateforme, la section gaming trouve un énorme succès auprès des spectateurs. A tel point qu'en 2011, Justin.tv en fait un site à part entière appelé Twitch.tv, en référence à l'expression "twitch gameplay" (jeu requérant des réflexes rapides). Sa popularité continue de croître, et en février 2014 l'entreprise se renomme Twitch Interactive, puis ferme le site justin.tv quelques mois plus tard. Son rachat par Amazon est annoncé dans la foulée, le 25 août 2014, pour 970 millions de dollars.

Le succès de Twitch s'explique par la proximité entre les streamers (créateurs de contenu) et les spectateurs, qui peuvent communiquer instantanément à travers un chat en ligne. Les spectateurs peuvent s’abonner et recevoir des notifications sur les horaires de diffusion de leurs chaînes préférées. Pour le public, l'attrait se situe dans le fait de suivre les meilleurs joueurs pour observer leurs techniques, mais aussi de bénéficier de commentaires et analyses sur les jeux les plus compétitifs. L'aspect communautaire, lié entre autre aux e-sports, n'est donc pas anodin.

Mais la personnalité et le charisme des streamers jouent aussi un rôle important, d'autant que la plateforme offre un sentiment de proximité aux fans. De leur côté, les créateurs sont être rémunérés par la publicité (ils reçoivent un pourcentage basé sur la taille de leur audience), les abonnements payants, les dons de leurs spectateurs (versés en Gems, une monnaie virtuelle) ou des partenariats commerciaux avec des sponsors. Ces derniers sont réservés aux streamers les plus célèbres et peuvent générer les profits les plus importants. Twitch intéresse à ce titre fabricants de matériel informatique et d'accessoires de jeu, y compris jusqu'aux éditeurs de jeux vidéo, car il leur permet de promouvoir leurs titres.

La concurrence peine à suivre
Amazon n'était pas le seul à s'intéresser à Twitch. Google convoitait notamment la start-up, avec dans l'idée de l'intégrer dans YouTube. C'est d'ailleurs la perspective de garder son indépendance qui a poussé Twitch à choisir la firme de Jeff Bezos. Suite à ce rachat, Google contre-attaque en lançant YouTube Gaming en 2015. En 2016, c'est au tour de Microsoft, qui rachète une start-up de streaming concurrente, nommée Beam, huit mois après sa création. Elle est renommée en 2017 sous le nom de Mixer.

Le pari est osé pour Microsoft puisque Twitch domine largement le marché, mais le potentiel d'une intégration Mixer et Xbox est trop alléchant pour ne pas y aller. Les fonctionnalités de Mixer sont les mêmes que sur Twitch, mais les spectateurs peuvent également participer directement aux jeux grâce à la fonctionnalité de Mixplay. En 2019, Microsoft frappe un grand coup en débauchant plusieurs des streamers les plus populaires de Twitch, comme "Ninja" ou "Shroud", en leur payant des contrats d'exclusivité pour des dizaines de millions de dollars.

Malgré ces efforts, Mixer échoue à réellement s'imposer face au roi Twitch, et Microsoft annonce la fermeture du service le 22 juin 2020. Elle se fait au profit d'une alliance entre Microsoft et Facebook Gaming. Le service, créé en 2018 par Facebook, a connu une croissance appréciable (238% entre avril 2019 et 2020), et fait figure de troisième derrière YouTube Gaming.

Twitch reste néanmoins loin devant ses compétiteurs. D'après StreamElements, 2 milliards d'heures visionnées durant le mois de janvier 2021, contre 439 millions pour Facebook Gaming. Notable, une augmentation équivalente (117% et 118% respectivement) entre 2020 et 2021 pour les deux plateformes. Damian Burns, SVP en charge de Twitch chez Amazon, a par ailleurs révélé sur Twitter que 1000 milliards de minutes ont été regardées sur Twitch au cours de l’année 2020, avec 26,5 millions de visiteurs en moyenne par jour.
 


Twitch se diversifie... un peu
Même si l’univers du jeu vidéo conserve une place centrale sur Twitch, d’autres types de contenus s'y font leur place petit à petit. Ils peuvent varier entre chaîne de cuisine, de musique ou de sport. La musique en particulier connaît une forte progression. D'après StreamElements, 24 millions d'heures de musique ont été regardées sur Twitch en janvier 2021, contre 4,6 millions en 2020, soit une croissance de 428%.

Les clubs de sports décident également, de plus en plus, de retranscrire des matchs en direct sur la plateforme. Plusieurs clubs de football prestigieux tels que le PSG ou la Juventus ont signé des contrats en ce sens. Le PSG a ouvert sa chaîne en septembre 2020 et la Juventus en décembre. L'idée pour eux est de diffuser des informations exclusives et permettre aux fans d'avoir plus de proximité avec leurs vedettes.

Des expérimentations ont également lieu du côté de la presse. On peut citer Samuel Etienne, qui depuis décembre dernier, rassemble quelques milliers de spectateurs chaque matin pour décrypter l’information du jour. Des chaînes comme Arte ou TF1 doivent se lancer courant mars. Néanmoins ces médias devront s’approprier les codes de la plateforme pour mobiliser les spectateurs de façon pérenne. Il n'est pas dit pour le moment que l'expérience s'avère fructueuse, d'autant que le streaming est, par essence, centré autour de personnalités bien définies et pas de marques.

De la même façon, le gouvernement d'Emmanuel Macron a tenté une opération de communication dont l’objectif est de s’adresser directement aux jeunes. Le porte parole du gouvernement, Gabriel Attal, a lancé son émission "#Sans Filtre" mercredi 24 février 2021 sur sa chaînes Twitch et YouTube. Plusieurs influenceurs ont participé à l’événement, dont EnjoyPhoenix. Le phénomène n’est pas nouveau : d’autres politiciens s’étaient déjà lancé sur la plateforme de streaming, comme Jean-Luc Mélenchon en mai 2020. Les politiciens y voient une opportunité de mobiliser d’autres audiences qu’à travers la télévision ou même la radio. On peut cependant s'interroger sur la pertinence de ces opérations sur le long terme et sur la réceptivité de l'audience.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.