Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le premier supercalculateur exaflopique au monde est américain

Le premier benchmark certifié de Frontier, nouveau supercalculateur du Laboratoire National d'Oak Ridge, est disponible, et il dépasse comme prévu la barrière de l'exaflops. Les puces d'AMD équipent désormais cinq des dix superordinateurs les plus puissants du monde.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le premier supercalculateur exaflopique au monde est américain
Le premier supercalculateur exaflopique au monde est américain © Oak Ridge National Laboratory

Le supercalculateur le plus puissant du monde est à nouveau américain. Baptisé Frontier, il est installé au Laboratoire National d'Oak Ridge, dans le Tennessee. Numéro un du top 500 des superordinateurs les plus puissants, cette machine encore en phase de test a été construite par Cray sur la plateforme Cray EX, constructeur spécialisé racheté par Hewlett Packard Enterprise en 2019.

C'est le premier supercalculateur exaflopique, atteignant 1,1 exaflops en précision FP64 (1 exaflops équivaut à 1 milliard de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde) sur Linmark. Sa puissance est plus de deux fois supérieure à celle de l'ancien numéro un du classement, désormais sur la seconde marche du podium : le Fugaku de Kobe au Japon, qui atteint 442 pétaflops. Ce dernier, conçu par Fujitsu, utilise des processeurs ARM A64FX 48C cadencés à 2,2 GHz.


Cray choisit AMD

Frontier, de son côté, repose sur des CPU AMD EPYC 64C de troisième génération optimisés, tournant à 2 Ghz, et des GPU AMD Instinct MI250X. La machine sera utilisée par le Département américain de l'Energie (en charge notamment des simulations liées à l'armement nucléaire). Elle a nécessité un investissement de 600 millions de dollars et occupe un espace équivalent à deux terrains de basket. Le système nécessite également 144 km de câbles. On notera aussi que Frontier est non seulement le plus puissant de ce classement, mais c'est aussi le plus efficace énergétiquement, avec une consommation de 52,23 gigaflops par watt.

Le numéro trois du classement est européen. Il est situé en Finlande et est opéré par EuroHPC, une initiative européenne publique-privée dédiée au calcul haute performance. Si elle ne figure pas dans le top 3, la Chine est le pays qui classe le plus de supercalculateurs dans le top 500, avec 173 machines, devant les Etats-Unis (126).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.