Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le projet des Etats-Unis pour renforcer leur capacité de fabrication de semi-conducteurs avance

Vu ailleurs Le département américain de la Défense veut renforcer la capacité de production des semi-conducteurs aux Etats-Unis. Si le pays compte de grands noms comme Nvidia, Apple ou encore Qualcomm, la très grande majorité des puces sont produites en Asie par des entreprises comme Samsung ou TSMC.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le projet des Etats-Unis pour renforcer leur capacité de fabrication de semi-conducteurs avance
Le projet des Etats-Unis pour renforcer leur capacité de fabrication de semi-conducteurs avance © Unsplash/Patrick Tomasso

Les Etats-Unis cherchent à réduire leur dépendance aux chaînes d'approvisionnement asiatique, notamment dans le domaine des semi-conducteurs. Le département américain de la Défense va bientôt solliciter des propositions dans le but d'établir un programme pour renforcer les capacités de production de semi-conducteurs aux Etats-Unis, rapporte Reuters vendredi 18 décembre 2020.

Des puces principalement produites en Asie
Si Intel dispose de ses propres usines aux Etats-Unis lui permettant de fabriquer ses puces, l'Américain ne produit pas ou très peu de semi-conducteurs pour le compte d'autres entreprises. Apple, Qualcomm ou encore Nvidia, d'autres entreprises américaines majeures dans ce secteur, s'appuient donc sur des fabricants étrangers comme l'entreprise taïwanaise TSMC ou le coréen Samsung. La plupart des fonderies sont situées à Taïwan ou en Corée du Sud et inondent le marché mondial des semi-conducteurs.

Des incitations financières
Le département de la Défense réfléchit donc à changer cette dynamique à l'aide d'incitations pour l'établissement de fonderies aux Etats-Unis ainsi que pour la propriété intellectuelle concernant le développement de nouvelles puces. Ces fonderies pourraient fabriquer les puces des entreprises américaines et fournir des composants pour le département de la Défense.

"Il n'existe actuellement aucune option commercialement viable pouvant conduire à l'établissement d'une fonderie de pointe aux États-Unis pouvant fabriquer en série des circuits intégrés personnalisés de pointe, et des produits requis pour les systèmes critiques du département de la Défense", explique le National Security Technology Accelerator, un groupe à but non lucratif qui travaille à connecter les entreprises du secteur privé aux opportunités de contrats gouvernementaux.

Le département de la Défense prévoit donc d'annoncer la mise en place d'un nouveau programme appelé “Rapid Assured Microelectronics Prototypes – Commercial” (RAMP-C) devant compléter les initiatives précédentes visant à encourager la fabrication de puces aux Etats-Unis, ajoute Reuters. Par exemple, en octobre dernier, une usine Intel de l'Arizona a remporté  la deuxième phase d'un contrat visant à aider l'armée américaine à développer plus rapidement des puces de pointe. Le Taïwanais TSMC, quant à lui, travaille actuellement à la création d'une usine, d'une valeur de 12 milliards de dollars, dans l'Arizona.

De nombreux Etats cherchent à se renforcer
Les Etats-Unis ne sont les seuls à vouloir renforcer leurs compétences dans ce domaine. 13 pays européens ont décidé d'unir leurs forces pour renforcer leurs capacités industrielles dans le domaine des semi-conducteurs. Leurs objectifs étant de rattraper leur retard sur les Etats-Unis et l'Asie qui continuent d'investir dans ce domaine.

La Chine veut renforcer ses compétences dans le développement de puces de pointes et leurs productions sur son territoire. Le gouvernement a débloqué des fonds pour la recherche fondamentale dans ce secteur. Tout comme la Corée du Sud qui souhaite faire de son pays un producteur majeur de processeurs dédiés aux calculs liés à l'intelligence artificielle.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.