Le régulateur américain envoie un signal ferme à la finance décentralisée

En infligeant une amende de 100 millions de dollars à BlockFi, une plateforme proposant des crédits et des comptes rémunérés en cryptomonnaie, la SEC, le gendarme boursier américain, affirme son intention de réguler le secteur. 

Partager
Le régulateur américain envoie un signal ferme à la finance décentralisée

Tout n'est pas permis dans l'univers de la finance décentralisée, pour l'instant totalement dérégulé. C'est le message qu'a voulu faire passer la SEC, le régulateur boursier américain, en infligeant une amende de 100 millions de dollars à BlockFi, une plateforme proposant des placements rémunérés en cryptomonnaie.

BlockFi collecte des dépôts qui servent à effectuer des prêts générant des intérêts. La SEC reproche à BlockFi d'avoir opéré depuis mars 2019 sans enregistrer ses produits financiers ni son activité de société d'investissement, et d'avoir fait des déclarations trompeuses sur son site concernant le niveau de risque de ses produits de prêt et de crédit.

La SEC entend réguler les plateformes de cryptomonnaie
La société a transigé avec la SEC en acceptant de geler la commercialisation de ses comptes rémunérés aux États-Unis dans l'attente de leur mise en conformité sous 60 jours. Elle versera 50 millions de dollars d'amende à la SEC, 50 millions à 32 Etats fédéraux américains, et s'est engagée à enregistrer ses nouveaux produits de prêt auprès du régulateur. Il s'agira des premiers produits de cette nature ainsi régulés.

Cette affaire est la première du genre et marque un tournant dans la régulation de la finance décentralisée. "Ce règlement clarifie l'obligation pour les marchés de cryptomonnaie de se conformer aux lois établies. Il démontre la volonté de la Commission de travailler avec les plateformes de cryptomonnaie pour déterminer comment elles peuvent se conformer à ces lois", a déclaré le président de la SEC Gary Gensler dans un communiqué diffusé le 14 février.

Promesses alléchantes et prêts risqués
BlockFi promet aux investisseurs un rendement annuel pouvant atteindre 10% par an, largement supérieur à n'importe quel compte d'épargne. Les candidats au crédit se voient quant à eux proposer un taux d'intérêt de 4,5%, et peuvent emprunter en dollars un montant équivalent à 50% de leurs avoirs en cryptomonnaie. Une opération risquée compte tenu de la volatilité de ces actifs. En effet, si la valeur du dépôt en cryptomonnaie servant de garantie au prêt diminue, l'emprunteur peut être obligé de la renflouer, sous peine de voir une partie de ses avoirs saisis.

La plateforme revendique plus d'un million de clients, 10 milliards de dollars d'actifs gérés, et 700 millions de dollars d'intérêts versés à date. En mars 2021, elle a levé 350 millions de dollars en série D, lors d'un tour de table mené par Bain Capital Ventures, Tiger Global, DST Global Partners et Pomp Investments, qui la valorisait 3 milliards de dollars.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS