Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le régulateur financier allemand, BaFin, place N26 sous surveillance

La fintech N26 est de nouveau épinglée par la BaFin, l'autorité fédérale de supervision financière. Accusée de négligence en matière de sécurité, la néobanque est placée sous la surveillance d'un "superviseur spécial".
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le régulateur financier allemand, BaFin, place N26 sous surveillance
Le régulateur financier allemand, BaFin, place N26 sous surveillance © N26

Le régulateur financier allemand BaFin a ordonné, ce 11 mai, à la néobanque N26 de renforcer ses contrôles contre le blanchiment d'argent, la surveillance informatique et le financement du terrorisme.

Le régulateur a nommé un superviseur spécial pour surveiller la fintech, l'une des plus valorisées d'Europe. Selon le Financial Times, la mission reviendrait au cabinet d'audit Mazars, à en croire des sources proches du dossier. N26 est intimée de s'assurer qu'elle dispose "du personnel et des ressources techniques et organisationnelles adéquats" pour se conformer à la loi allemande contre le blanchiment d'argent, indique le régulateur.

Des contrôles renforcés
Cette décision intervient deux après un premier rappel à l'ordre. En mai 2019, la BaFin avait soulevé un certain nombre de préoccupations concernant la néobanque, notamment la possibilité de créer un compte avec de fausses informations. En effet, N26 vante depuis ses débuts la facilité avec laquelle les clients peuvent ouvrir un compte en quelques clics en ligne. Une facilité qui n'est pas sans inquiéter le régulateur. Ce dernier avait alors sommé la banque d'améliorer sa documentation interne décrivant ses procédures et de vérifier l'identité de certains de ses clients.

Créée en 2013, N26 a été évaluée à 3,5 milliards de dollars lors d'un tour de financement l'année dernière. Elle a levé près de 800 millions d'euros auprès d'investisseurs tels que Tencent, Allianz X et Peter Thiel. La banque, qui compte plus de 7 millions de clients dans 25 pays, a indiqué avoir "massivement renforcé" ses contrôles en matière de blanchiment d'argent, mais reconnait "que des efforts supplémentaires doivent être faits." De son côté la BaFin a indiqué au FT, accorder un certain délai à N26 pour remédier à ses lacunes sans en préciser la durée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.