Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le réseau social alternatif Ello lève 5,5 millions de dollars et confirme son modèle "éthique"

mis à jour le 24 octobre 2014 à 14H47
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

[ACTUALISE] Un nouveau réseau social fait grand bruit dans la Silicon Valley. Ello est un nouveau réseau sans publicités, qui permet l'anonymat et promet le respect de la vie privée avant tout. Qualifié de "tueur de Facebook", Ello cherche à définir une nouvelle niche pour les déçus du réseau social.

Le réseau social alternatif Ello lève 5,5 millions de dollars et confirme son modèle éthique
Le réseau social alternatif Ello lève 5,5 millions de dollars et confirme son modèle "éthique"

Mise à jour du 24 octobre :  Ello vient de boucler sa première levée de fonds, récoltant 5,5 millions d'euros auprès de fonds de capital risque. Va-t-il pour autant tourner le dos à sa philosophie initiale et céder à la pression des financiers ? Non, assure l'équipe de la start-up, qui pour s'en assurer vient de s'enregistrer comme "organisation d'intérêt public" dans l'Etat du Delaware. Ello a également adopté une charte confirmant qu'elle ne ferait jamais de publicité sur le site et ne vendrait pas les données de ses clients. Le réseau social persiste et signe sur son positionnement "éthique", à contre-courant.

Ello se veut l'antithèse de Facebook. Fondé en 2014 par un groupe d'artistes américains qui voulaient un réseau privé, le site est beaucoup plus simple et épuré esthétiquement. Le contraste est intentionnel. Ello se positionne comme une alternative aux réseaux sociaux actuels.

Le respect de la vie privée comme manifeste

Le "manifeste" d'Ello est clair : sur des réseaux sociaux comme Facebook, l'utilisateur est un produit, et nos données sont vendues à des annonceurs contre des publicités encore plus ciblées. Ello en revanche, ne contient aucune publicité, et ne vend aucune donnée à aucune tierce partie. Les utilisateurs peuvent choisir de partager ou non leur activité avec le site qui engrange quand même des données sur l'utilisation du réseau. Pourtant, le fondateur Paul Budnitz se veut rassurant : "on ne collecte pas de données, donc on ne peut pas les monétiser". A propos de Facebook, il affirme ne pas considérer qu'Ello est un concurrent, mais résume dans le magazine américain Inc : "ils sont une plate-forme de publicité, et nous sommes un réseau social".

Un réseau de niche

La grande différence d'Ello réside aussi dans sa cible d'utilisateurs. Ello ne souhaite pas connecter le monde entier au contraire de Facebook. Le réseau se veut un espace à l'écart de la masse, malgré sa croissance. C'est cet aspect "niche", de réseau "choisi", qui attire en partie les utilisateurs curieux. "Nous représentons la manière dont la meilleure partie de l'internet sera monétisée dans le futur" explique le fondateur, ce qui résume bien une vision assez élitiste, qui attire mais qui peut aussi faire fuir.

Un modèle freemium

Comment Ello pourrait-il être viable, alors qu'un business modèle comme celui de Facebook a fait ses preuves, grâce notamment à la publicité sur mobile? Ello a prévu de développer des options spéciales payantes, comme pour un magasin d'applications. En effet, certains utilisateurs pourront choisir de payer pour des options avancées de communication. "Notre modèle est basé sur un modèle qui a connu beaucoup de succès et qui a été appliqué à de nombreux domaines sauf le réseau social, c'est le modèle de l'iPhone." Si Ello reste gratuit, certains utilisateurs pourront par exemple obtenir de contrôler plusieurs comptes depuis un seul identifiant. Ello pourrait charger un dollar pour ce genre d'option. "Ce sera comme l'App store" résume le fondateur.

Rébellion des internautes?

Le succès d'Ello a été fulgurant. Le site a ouvert sa version beta, disponible uniquement sur invitation, au mois d'août 2014, avec seulement 90 personnes, et si le nombre d'utilisateurs actuel n'est pas dévoilé, selon le fondateur désormais le site reçoit 45 000 demandes par heure d'utilisateurs qui souhaitent rejoindre le réseau.

Cependant, il est difficile de dire s'il représente une menace réelle pour Facebook, Twitter et consorts.  Le réseau social est encore assez rudimentaire, voire froid - et surtout encore trop petit pour réellement représenter un danger. Mais il est le signal clair d'un ras-le-bol des internautes qui veulent être rassurés sur l'utilisation de leurs données et qui ne peuvent pas s'exprimer librement sur Facebook.

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

osef

07/10/2014 20h49 - osef

Belle présentation. Si on a vraiment le choix de ce que l'on veut laisser public... parfait. Une invitation en trop?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

florentb

06/10/2014 17h16 - florentb

Un bon article, bien équilibré. Certains voient dans Ello l'anti-Facebook absolu, d'autres, à peine une semaine plus tard, le voient déjà mort ! Le nombre de membre ne cesse d'augmenter, maintenant savoir s'ils contribueront à faire "vivre" le réseau, il est encore trop tôt pour le dire, il manque quelques fonctions et il faut s'investir un peu pour exister. Patience ! En attendant, s'il vous avez besoin d'une ou deux invitations faites-le moi savoir !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale