Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le rouennais Mill-Engine industrialise la gestion des sites web et veut le faire savoir

La start-up rouennaise Mill-Engine fait partie des douze finalistes retenues pour participer à la conférence sur le numérique "Web Blend Startup Contest" des 28 et 29 octobre à Lyon. Son produit "mill" est un outil de gestion d’applications Web qui permet d'industrialiser et de gérer l'ensemble des actions liée au cycle vie d'une application web.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le rouennais Mill-Engine industrialise la gestion des sites web et veut le faire savoir
Le rouennais Mill-Engine industrialise la gestion des sites web et veut le faire savoir

"La gestion d’applications web n’a jamais été aussi simple",  c’est la base line de Mill-Engine (7 salariés) installée sur Seine-Innopolis à Petit-Quevilly (Seine-Maritime) près de Rouen. La start-up créée en 2015 a mis au point un outil de gestion d'applications web qui permet d'industrialiser et de gérer - via une interface de programmation - l'ensemble des actions liées au cycle vie d'une application web.  Mill-Engine qui a levé 210000 euros en trois semaines, fait partie des douze finalistes retenus pour participer à la conférence sur le numérique "Web Blend Startup Contest" des 28 et 29 octobre à Lyon.

 

"Mill est un outil logiciel de gestion de masse d’applications web qui gère tout le cycle de vie d’une application web : création, configuration, maintenance, exploitation, mises à jour, sauvegarde... Il permet à une entreprise ou à une agence web de garder la main sur son parc sans disposer de compétences techniques particulières", explique Sébastien Gest, fondateur de Mill-Engine et lauréat du concours Crea’ctifs et de la bourse French Tech 2014.

 

A l’écouter, Mill pourrait même "révolutionner le quotidien des professionnels du Web". Via une interface simplifiée, Mill va permettre au client d'effectuer un grand nombre d'actions de manière automatisée. "Le client n’aura plus besoin de se connecter sur des serveurs ou des sites pour effectuer ses actions de maintenance. Mill lui permettra de centraliser l'ensemble des actions",  poursuit le fondateur de Mill-Engine, en pleine préparation du "pitch" qu’il présentera le 28 octobre et de la conférence qu’il donnera devant les investisseurs du secteur.

 

Veille sécuritaire

Sébastien Gest déroule son argumentaire en direction des agences web qui, dans 99 % des cas, font appel aux "CMS", outils de création de sites, pour leurs clients. Il pointe aussi le fait que chaque CMS ayant sa propre gestion de la sécurité, il faut multiplier les veilles sécuritaires par le nombre de sites produits. "Une agence ayant entre 3 à 5 années d'existence, gère entre 20 et 60 sites répartis sur un ou plusieurs serveurs. Cet environnement hétérogène apporte une certaine difficulté de maintenance pour les agences qui doivent gérer les mises à jour de plusieurs logiciels associés à la maintenance des serveurs d'hébergements."

 

La question de la sécurité est au cœur de l’argumentaire de Mill-Engine. "Nous proposons avec Mill une veille sécuritaire. Le client n’a plus à s’en préoccuper. Il est alerté par SMS, e-mail et tchat."

 

Sébastien Gest pointe le risque lié à la concentration en matière de CMS, les WordPress, Drupal, Prestashop ou encore Joomla. A titre d’exemple, WordPress pèse 23 % des sites dans le monde. En cas de faille de sécurité sur son système de mises à jour, tous les sites utilisant le même module risquent d’être touchés. "Lorsqu'une faille est découverte, ce sont des dizaines de milliers de sites qui sont impactés. Cela a été le cas avec les cyber attaques de Daech durant les événements de Charlie hebdo. La plupart des sites piratés l’ont été parce qu’ils n’avaient pas été mis à jour."

 

Le modèle économique imaginé par Mill-Engine est celui du paiement à l'usage. Mill est disponible à partir de quelques centimes d’euros par jour et par application avec un tarif dégressif en fonction du nombre d’applications déployées. A cela s’ajoute le paiement d’une licence annuelle, dont le prix varie selon le nombre d’applications à gérer. Mill-Engine planche sur une première mission de prospection internationale qui aura lieu en février 2016 à San Francisco. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale