Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le secteur de la santé mobile souffre de la faiblesse de l'offre en France

Le collectif dmd Santé a organisé les premiers Trophées de la santé mobile en France, qui ont récompensé des applications pour patients et professionnels. Un prétexte aussi pour lancer le débat sur un secteur qui se cherche encore.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le secteur de la santé mobile souffre de la faiblesse de l'offre en France
Le secteur de la santé mobile souffre de la faiblesse de l'offre en France © jfcherry - Flickr - c.c.

Les premiers Trophées de la santé mobile en France ont été remis, le 20 janvier à Paris, lors d'un événement dédié à la santé mobile au Forum des images, organisé par le collectif dmd Santé. Cet événement était l'occasion de faire un point sur le secteur de la santé mobile en France. Si le domaine intéresse de plus en plus, le manque de concertation entre les différents acteurs et la faiblesse de l'offre empêchent le marché de décoller.

Des applications pour patients et professionnels

Fondé par deux médecins et un ingénieur, le site dmdpost.com a pour but d'évaluer de façon indépendante les applications mobiles de santé francophones. Pour ces premiers trophées, plus de 700 applications ont été évaluées. Les quatre applications phares qui ont été récompensées s'adressaient à la fois aux patients  et aux professionnels de santé. SAM SEP de Merck Serono, est un journal personnel pour les patients diagnostiqués de la sclérose en plaques. iChemoDiary de MSD est destinée au suivi, pour aider à la gestion des effets secondaires, et permet notamment à l'utilisateur d’enregistrer son programme de chimiothrapie. 

Pour les professionnels, iPansement de Elevate SAS est dédiée à l’information et l’aide à la prescription de soins de pansements. Enfin, Ma Grossesse de Doctissimo aide au suivi de la grossesse, avec calendrier, annotations, etc.  Le coup de coeur des internautes a récompensé Diabphone, conçue en collaboration avec des diabétologues, qui propose un carnet d’auto-surveillance du diabète.

Un secteur pas encore pris au sérieux

Pour Guillaume Marchand, président de dmd santé, la santé mobile en France souffre d'un problème d'offre. Sur plus de 700 applications évaluées, seulement 14% du marché a été jugé qualitatif, accédant ainsi au groupe des finalistes qui devaient obtenir une note minimale de 16/20. "Il y a un vide énorme à combler", insiste-t-il. Pourtant, les éditeurs d'applications de santé, autour de 200, ne manquent pas.

Mais 200 éditeurs pour 700 applications, cela donne une production assez faible. Surtout, Guillaume Marchand souligne l'importance d'une expertise de terrain pour offrir une vraie valeur ajoutée pour le patient. A moins d'encourager les infirmières à se lancer dans le développement d'applications, comment faire ? Plus de concertation et de synergies, entre les patients, les éditeurs, les financiers, les institutionnels, aideraient à résoudre ce problème, ajoute-t-il.

Par ailleurs, en France "on pense encore que la santé mobile est un gadget". Or, une application de santé mobile demande une expertise différente d'un jeu comme Candy Crush. A moins de s'intéresser véritablement aux enjeux pour les patients et les professionnels, on risque de se retrouver avec un marché en décalage avec les besoins, comme c'est le cas actuellement. Ces premiers Trophées ont donc pour but de "lancer le débat". Reste à voir si cela suffira...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale