Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le service de messagerie pour personnes âgées de la pépite bretonne Famileo s'étend à l'Europe

La start-up de Saint-Malo devrait atteindre la rentabilité sur son exercice 2020. Après la France, c’est en Europe que Famileo veut désormais développer son service de messagerie qui permet aux familles de rester en contact avec leurs proches hébergés en maison de retraite.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le service de messagerie pour personnes âgées de la pépite bretonne Famileo s'étend à l'Europe
Les contenus enregistrés sur la plate-forme sont compilés sous la forme d’une gazette papier. © Famileo

2020 devrait être pour Famileo l’année de rentabilité, six ans après sa création à Saint-Malo en octobre 2014. La start-up a développé une plate-forme web et mobile permettant de partager des messages et des photos à un proche âgé hébergé en maison de retraite ou résidant à domicile.

 

Ces contenus sont envoyés au format numérique, mais sont ensuite compilés sous la forme d’une gazette papier. Aujourd’hui, 70 000 familles utilisent Famileo, soit environ 500 000 utilisateurs. On en comptait 45 000 à l’été 2019. Lauréate du pass French Tech, la start-up fait état aujourd’hui d’un chiffre d’affaires récurrent à 3,5 millions d'euros, contre 1,2 million d'euros réalisé en 2018. A sa création, Famileo (25 salariés) avait fait entrer le groupe Aquarelle.com, mais se développe depuis en fonds propres.

 

Une première commercialisation En BtoB

Famileo a lancé la commercialisation de son offre à la rentrée 2015, d’abord sur un marché BtoB. Sa solution est aujourd’hui déployée dans 1 200 établissements, contre 850 à l’été 2018. Dans une stratégie de volume, elle a noué des contrats des grands noms du marché comme Korian, leader sur le marché des Ehpad, ou Domity, n°1 français des résidences seniors. "Ces grands groupes ne représentent qu’une petite partie du marché. Nous avons donc encore des perspectives de développement sur des petits groupes ou des structures indépendantes", contextualise Armel de Lesquen, cofondateur de la start-up avec Tanguy de Gélis.

 

Le grand-public, axe de croissance

Le développement de Famileo est également important en BtoC, marché qu’elle adresse depuis décembre 2016. Sur abonnement, la start-up commercialise directement son offre à des familles dont les proches résident à domicile ou dans des établissements n’ayant pas adopté Famileo. Pour se faire connaître, Famileo a renforcé ses actions de communication sur les réseaux sociaux et les médias, avec notamment une campagne de publicité sur M6 pendant les fêtes de fin d’années. "Nous voyons déjà les premiers retours. Mais le bouche à oreille reste notre première source de croissance auprès du grand public", indique Alix L'Hermitte, responsable de la communication de Famileo.

 

Une filiale en Espagne

Après avoir séduit les familles françaises, Famileo s’intéresse désormais aux marchés européens, à commencer par l’Espagne.  En juillet dernier, elle a ouvert un premier bureau à Barcelone. "Avec la filiale Famileo Iberica, nous voulons déployer en BtoB comme en BtoC notre service sur le marché espagnol, mais aussi portugais", précise Armel de Lesquen. Ce bureau de deux salariés va être renforcé dans les semaines à venir d’un VIE, dédié spécifiquement au marché BtoB.

 

Un module scalable

Pour déployer sa solution hors de France, la start-up a développé un module international, sorti à l’automne. "Il permet d’expédier la gazette partout dans le monde et en plusieurs langues. Ce module a été conçu de manière à pouvoir en intégrer de nouvelles très rapidement". L’espagnol et le néerlandais sont opérationnels.

 

L’anglais va suivre dans les prochaines semaines. Cela permettra à la start-up de s’ouvrir aux marchés anglophones. Lauréate du concours Breizh America, Famileo a participé à un voyage prospectif aux USA. Mais dans une logique de croissance maîtrisée, la start-up de Saint-Malo ne veut pas se précipiter sur le marché américain sans prendre le temps de construire une stratégie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media