Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Le service de voiturier Ector prend le virage du B2B

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Ector, qui propose un service de voiturier dans 25 gares et aéroports en France, commence à séduire un marché B2B friand des services annexes qu'elle propose comme la révision du véhicule ou le plein d'essence.

Le service de voiturier Ector prend le virage du B2B
Nettoyage du véhicule, révision et plein d'essence peuvent être réalisés par Ector durant l'absence du propriétaire. © Ector

Suivant les traces de Valet Parkings en Angleterre, Manoël Roy et Thomas de Longvilliers ont lancé en 2014 leur propre service de voiturier pour les gares et aéroports en France. Ector est née afin de "faciliter la vie des voyageurs qui semblaient vivre un véritable parcours du combattant pour stationner leur véhicule aux alentours des aéroports", explique Manoël Roy.

 

Il suffit d'indiquer sur le site Internet ou l'application la date et l'heure d'arrivée ainsi que le numéro de vol, la date et l'heure de retour. Un voiturier récupère la voiture au dépose-minute et la ramène le jour J. Entre-temps, elle est stationnée dans un parking sécurisé. La start-up se targue de proposer des prix 20 à 30% moins cher qu'un parking classique. Le prix de base dépend de la durée du stationnement et un prix variable évolue en fonction du taux de remplissage du parking. "L'objectif est de s'adapter en fonction de la demande pour afficher complet le moins possible", précise Manoël Roy.

 

Le virage B2B d'Ector

Ces derniers temps, Ector se tourne vers le marché B2B. Après AccorHotels en mai, c'est avec Egencia que la start-up a annoncé avoir conclu un partenariat le 12 juin 2018. AccorHotels et Egencia distribuent Ector auprès de leurs membres. La start-up se rémunère en encaissant les commandes moins une commission sur le chiffre d'affaires de ces réservations qui est prélevée par ses partenaires. "Notre service est beaucoup demandé par des clients professionnels en raison de l'offre packagée qui est proposée", explique Manoël Roy. Nettoyage du véhicule, révision et plein d'essence peuvent être réalisés durant l'absence du propriétaire.

Si Ector n'a actuellement pas assez de recul pour savoir si cela va marcher, la start-up a "tout intérêt à foncer dans la brèche", précise son cofondateur. Surtout qu'Ector ne semble pas avoir de mal à démarcher ces sociétés "friandes de ces partenariats", à en croire Manoël Roy. Facturation en fin de mois, protection contre la majoration des prix en fonction de la demande, réductions en cas de volumes importants,… Ector travaille sur plusieurs axes de développement afin de séduire, plus facilement encore, ce marché B2B qui pourrait lui permettre de devenir rentable. Et la start-up n'est pas loin de réaliser son objectif, selon son fondateur.

 

Concurrence des VTC, taxis et transports en commun

Pour l'instant, la vie d'Ector repose sur des fonds privés. La jeune pousse a effectué deux levées de fonds. "La première de 500 000 euros en novembre 2015 a permis à la start-up de s'étendre", explique Manoël Roy. Ector offre désormais ses services dans 25 gares et aéroports de France contre les deux aéroports parisiens du début. Le deuxième tour de table, de deux millions d'euros en mai 2017 doit, quant à lui, permettre de "gagner en visibilité et d'augmenter les dépenses marketing", ajoute Manoël Roy.

 

Surtout que pour le cofondateur, ses premiers concurrents ne sont pas les start-up qui offrent le même service qu'eux, comme Blue Vallet, mais "les alternatives ancrées dans la tête des gens" : taxi, VTC, transports en commun ou parking classique… Pour percer, Ector doit réussir à changer les habitudes des gens.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale