Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le "smart port", enjeu du premier hackathon portuaire français au Havre

Les participants au premier hackathon portuaire français (les 18 et 19 novembre 2016 au Havre) ont planché sur des outils au service de l’efficacité de la chaîne maritime et portuaire,  e la sécurité maritime et de la communication vers le grand public.

mis à jour le 20 novembre 2016 à 21H03
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le smart port, enjeu du premier hackathon portuaire français au Havre
Le "smart port", enjeu du premier hackathon portuaire français au Havre © HAROPA - Port du Havre

Après Rotterdam, Hambourg et Singapour, c’est au tour d’Haropa - le GIE qui réunit les ports du Havre, de Rouen et de Paris - d’organiser un hackathon portuaire. Une première en France. L’événement labellisé Normandy French Tech est destiné à stimuler la créativité pour faire émerger de nouveaux services et de nouvelles entreprises autour de la thématique du "smart port". Il a commencé vendredi 18 novembre à 16h pour se terminer le lendemain à 16h, dans les locaux futuristes de l’ENSM (école nationale supérieure maritime) qui forme les officiers de la marine marchande.

 

Pendant 24 heures, une soixantaine de participants (étudiants, ingénieurs, développeurs, experts métiers, graphistes, designers,  cartographes) ont phosphoré sur la thématique du "smart port", à l’échelle de la Vallée de la Seine, entre Le Havre, premier port français de conteneurs, et la métropole parisienne. Ils auront une base de données à leur disposition avec des données satellitaires et d’imagerie aérienne, des données sur les trafics et opérations portuaires et  les transports associés, des données à caractère économique sur l’ensemble de la vallée de Seine, des données environnementales, des supports vidéos, de modélisation 3D, etc.

 

promouvoir "l'ouverture et l'imagination"

"Ce hackathon s’inscrit dans une démarche d’innovation ; il est l’occasion pour nous de découvrir des talents et de bonnes idées", confie Cyril Chedot, responsable de l’événement en charge de la recherche/développement et innovation d’Haropa. Haropa entend jouer la carte de "l’ouverture et de l’imagination". D’où le slogan "open minds, open ports" imaginé par Haropa et ses partenaires pour ce hackathon que sont la CCI du Havre, l’ENSM et la Soget, entreprise havraise spécialisée dans l’informatique portuaire et les plateformes portuaires dématérialisées.

 

Comment améliorer le niveau de connexion entre les différents intervenants de la communauté portuaire et logistique ? C’est l’un des sujets soumis aux participants. Il renvoie à la complexité de la chaîne maritime, portuaire et logistique avec ses multiples intervenants : compagnies maritimes, opérateurs de terminaux, douanes, transitaires, transporteurs pour le pré et post acheminement (route, rail, fleuve). On pense naturellement à une appli pour smartphone permettant d’avoir accès aux informations sur un conteneur ; ou au moyen d’améliorer la reconnaissance visuelle des numéros de conteneurs ; "cela permettrait d’interroger au plus vite les bases de données, afin de savoir si le conteneur contient des marchandises dangereuses ou encore connaître le statut douanier du conteneur", explique Cyril Chedot.

 

"You cannot love what you don’t know"

Mais la notion de "smart port" ne renvoie pas seulement à la question de l’efficacité du passage portuaire et de la performance logistique. Les participants plancheront aussi sur la sécurité maritime. La société Signalis (filiale d’Airbus), leader des systèmes d’e-navigation, remettra un prix sur l’analyse de la circulation maritime ; "en faisant de l’analyse prédictive de données de circulation maritime à l’approche des ports (dans la Manche et dans la Seine), on est en situation de mieux calibrer les systèmes de gestion de navigation, de reconstituer des historiques et de mieux anticiper les situations dangereuses", indique Cyril Chedot.


Les participants travaillent aussi sur la création d’outils de communication autour de la culture portuaire et de la communication vers le grand public. Cela donnera lieu à un prix de l’Association Internationale Villes & Ports. Comme le rappelle Cyril Chedot, "les ports sont de plus en plus fermés physiquement, ce qui empêche les habitants de savoir ce qui s’y passe. Or, il est utile d’informer habitants et riverains, notamment sur les conditions de circulation et d’améliorer les interactions entre industriels, fournisseurs, collectivités locales, usagers, et grand public".


Les ports sont aussi confrontés à la question de l’acceptabilité des activités portuaires et de leurs nuisances, ce qui impose d’expliquer aux habitants ce que l’on fait. A Rotterdam, premier port européen, l’autorité portuaire répète régulièrement ce slogan : "you cannot love what you don’t know" (vous ne pouvez pas aimer ce que vous ne connaissez pas).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale