Le sort des circuits numériques de STMicroelectronics sera finalement fixé début 2016

Le groupe franco-italien de semi-conducteurs STMicroelectronics continue à explorer un nombre "limité" d'options pour mettre fin aux pertes dans ses circuits numériques avancés.

La décision finale sera annoncée en janvier ou février 2016.

Partager
Le sort des circuits numériques de STMicroelectronics sera finalement fixé début 2016

Les 3000 salariés de la division DPG (Digital Product Group), l’activité déficitaire de STMicroelectronics, devront attendre encore pour connaitre le sort qui leur sera réservé. La décision de la direction, qui devait intervenir ce 29 octobre 2015, lors de la présentation des résultats du troisième trimestre 2015, est reportée à début 2016, en janvier ou février.

Pertes substantielles

La situation de la division DPG, qui représente 13% du chiffre d’affaires total du groupe au troisième trimestre (1,764 milliard d’euros), continue de se dégrader. Si les ventes ont remonté de 11% par rapport au deuxième trimestre 2015, elles ont baissé de 19,6% par rapport au troisième trimestre 2014. En cause : le déclin des ventes des produits héritées de ST-Ericsson, des anciennes générations de circuits pour décodeurs et des modules de caméra standards. "Les pertes restent substantielles", déplore Carlo Bozotti, PDG du groupe. Elles atteignent 74 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de seulement 230 millions sur ce segement.

Au moins 2 options sur la table

L’homme fort de STMicroelectronics s’est refusé à dévoiler les options aujourd’hui à l’étude pour mettre fin à ces pertes. "Nous progressons dans la recherche de solution, explique-t-il. Le nombre d’options se réduit mais nous en avons plus d'une sur la table. Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout de ce processus." Il s’est également refusé à préciser les options écartées à ce stade.

Pas de projet de rachat de Fairchild

Sur les rumeurs de rachat de l’américain Fairchaild Semiconductor par STMicroelectronics, Carlo Bozotti a apporté un démenti catégorique. "Nous n’avons aucunement l’intention de faire une offre de rachat, nous ne l’avons jamais envisagé et nous le ferons pas, a-t-il martelé. Les rumeurs qui circulent à ce sujet sont totalement fausses."

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS