Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le spécialiste des tests ADN 23andMe lève 82,5 millions de dollars pour poursuivre son développement

Levée de fonds Le spécialiste de la génétique récréative 23andMe veut poursuivre son développement grâce à cette nouvelle levée de 82,5 millions de dollars. Après une période difficile où elle a licencié 14% de ses effectifs, la société californienne s'est emparée des préoccupations liées au Covid-19 pour prouver l'intérêt de ses kits de tests ADN à domicile. Un moyen de redorer son blason après plusieurs scandales.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le spécialiste des tests ADN 23andMe lève 82,5 millions de dollars pour poursuivre son développement
Le spécialiste des tests ADN 23andMe lève 82,5 millions de dollars pour poursuivre son développement © 23andMe

La start-up américaine 23andMe, spécialisée dans les tests ADN récréatifs à domicile, vient d'annoncer une levée de fonds de 82,5 millions de dollars, d'après Bloomberg. Le tour de table a été mené par Sequoia Capital et NewView Capital. Cela porte le total des fonds levés par la jeune pousse à plus de 850 millions de dollars.

Poursuivre son développement
Ces capitaux doivent permettre à la société américaine de poursuivre son développement sans objectif particulier. L'activité principale de 23andMe, entreprise lancée en 2006, est la vente de kits de tests génétiques individuels à domicile qui fournissent aux clients des informations sur leur santé et leur arbre généalogique basées sur leur ADN.

Ce spécialiste de la génétique récréative possède également des activités de recherche grâce aux nombreuses données collectées lors des tests, ces dernières étant anonymisées et agrégées pour protéger la vie privée.

Trouver les marqueurs génétiques à l'origine du Covid-19
Ainsi, la société a publié une étude dans laquelle elle examine comment les marqueurs génétiques peuvent affecter la sensibilité d'une personne au SARS-CoV-2, le virus responsable du Covid-19. Un moyen pour l'entreprise de montrer l'intérêt de son produit sous un nouvel angle. En effet, en janvier dernier, 23anMe a licencié 14% de ses effectifs, soit 100 personnes, face à une baisse significative de ses ventes de kits à domicile. Ce marché "n'est pas prêt à aller plus loin" pour le moment, analysait Anne Wojcicki, fondatrice et CEO de la jeune pousse.

Mais ce n'est pas l'unique raison. 23andMe a dû faire face à plusieurs scandales relatifs à la protection des données personnelles de ses clients, dont l'un concerne la vente des droits d'un nouveau médicament – développé grâce aux données génétiques de ses utilisateurs - à une entreprise pharmaceutique espagnole, Almirall SA. Une opération similaire a été menée en août 2018 lorsque 23andMe a vendu l'intégralité de ses données au laboratoire pharmaceutique britannique Glaxosmithkline.

Le Pentagone interdit les tests récréatifs 
Pour se défendre, la jeune pousse affirmait alors que toutes les données avaient été anonymisées et que les personnes concernées avaient donné leur consentement. Ces scandales à répétition ont poussé fin décembre 2019 le Pentagone à interdire à ses membres d'avoir recours à ces tests récréatifs.

Par ailleurs, les fondements scientifiques de ces tests sont régulièrement remis en cause. En effet, les résultats liés aux origines géographiques ne reposent que sur des statistiques et ont donc une marge d'erreur. De plus, les informations compilées dans les bases de données à l'origine de ces calculs sont elles-mêmes biaisées car elles ne reposent que sur du déclaratif.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.