Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le Toulousain EasyMile lève 55 millions d'euros pour accélérer le déploiement de ses solutions autonomes

Levée de fonds Le spécialiste toulousain des navettes autonomes EasyMile annonce une nouvelle levée de fonds de 55 millions d’euros pour faire évoluer ses solutions autonomes vers des offres commerciales mature et accompagner leur déploiement à l’international.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le Toulousain EasyMile lève 55 millions d'euros pour accélérer le déploiement de ses solutions autonomes
Le Toulousain EasyMile lève 55 millions d'euros pour accélérer le déploiement de ses solutions autonomes © EasyMile

Après avoir levé 34 millions d'euros entre 2017 et 2018, EasyMile vient d'annoncer ce mercredi 28 avril, une nouvelle levée de fonds de 55 millions d'euros. L’opération est conduite par la société internationale d'investissement Searchlight Capital Partners, L.P. ("Searchlight"), avec McWin et NextStage AM.

Tous les investisseurs historiques d'EasyMile, dont Alstom, Bpifrance et Continental, ont participé à cette opération qui doit permettre à la société toulousaine de franchir de nouvelles étapes dans le déploiement de ses solutions autonomes, tant en direction du transport de passagers que du transport de marchandises. L'objectif est à fois de conforter son avance sur les navettes autonomes et de muscler ses axes de diversification dans la logistique industrielle.

Du transport de personnes au transport de marchandises

"D'ici fin 2022, l'ambition est de proposer des solutions commerciales matures de circulation autonome sur des sites privés et en environnements contrôlés", précise Benoît Perrin, directeur général d'EasyMile. Créée en 2014, la société toulousaine est devenue en quelques années une référence internationale de la conduite autonome, avec EZ10. Sur ce créneau du transport autonome de personnes sur des petites distance, elle occupe pas loin de 60% du marché mondial avec un peu plus de 180 véhicules commercialisés dans une trentaine de pays.

EasyMile vient par ailleurs de démarrer une collaboration sur le développement d’un van autonome avec Stellantis (Peugeot-Chrysler-Fiat). Initialement positionnée sur le transport de passagers, la société a engagée en parallèle une diversification en direction des véhicules de transport logistique, avec le TractEasy, dans le cadre d'un partenariat avec TLD.

Ce tracteur logistique autonome dédié à la manutention de bagages sur zones aéroportuaires, ou de charges sur sites industriels est déjà déployé sur le site industriel de Stellantis à Sochaud et sur l'aéroport de Narita, au Japon, auprès de la compagnie aérienne Japan Airline. D'autres déploiements devraient suivre dans les prochaines semaines.

Sans oublier les véhicules lourds
Dernier projet en date, la société toulousaine a pris la tête en début d'année 2021 d'un grand programme européen AWARD (All Weather Autonomous Real logistics operations and Demonstrations), ciblé sur les véhicules lourds.

Doté d'un financement de 20 millions d'euros sur 3 ans, il vise le développement de nouvelles briques technologique pour accompagner l'autonomisation de véhicules lourds dédiés à la logistique, dans le cadre de conditions météorologiques compliquées (neige, brouillard, pluies abondantes...). La PME toulousaine coordonne un consortium de 29 partenaires, dont des acteurs majeurs du secteur des véhicules utilitaires et véhicules spéciaux, parmi lesquels Kamag, Terberg, ou encore TLD Group.

Des effectifs toujours en croissance
En deux ans à peine, EasyMile a doublé ses effectifs et continue de recruter. Une quinzaine de postes sont actuellement ouverts, principalement sur de la R&D, pour des profils d'ingénieurs en robotique et en mécatronique. La société, qui réalisé 16 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020, emploie 250 salariés, dont un peu plus de 150 dans l'agglomération toulousaine, où sont implantés son siège, ses équipes commerciales et ses bureaux d'études, ainsi qu'un centre d'essais et un hall de post-production, pour la préparation des véhicules avant expédition.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.