Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le véhicule autonome tracera sa route dès 2015 en France

mis à jour le 02 octobre 2014 à 13H53
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

[ACTUALISE] La feuille de route du 25e plan filière avait été validée le 2 juillet par le comité de pilotage de la Nouvelle France Industrielle. Dès 2015 l’expérimentation sur route sera autorisée a confirmé le ministère de l'Economie le 1er octobre.

Le véhicule autonome tracera sa route dès 2015 en France
Le véhicule autonome tracera sa route dès 2015 en France © U.S. DOT

Mise à jour du 2 octobre : le ministère de l'Economie a confirmé le 1er octobre que des tests de voitures autonomes sur routes ouvertes auront lieu dès l'an prochain. Pour cela, un système de plaques minéralogiques spéciales, dites "Plaques W véhicule autonome", sera mis en place, sur le modèle du certificat W (dit "carte de garage") qui permet de faire rouler un véhicule à titre provisoire, avant son immatriculation définitive.

Le plan filière "Véhicule à pilotage automatique" prend forme. Lancée en avril, le groupe de travail piloté par Carlos Ghosn a remis le mercredi 2 juillet à Arnaud Montebourg sa feuille de route, qui a été validée par le comité de pilotage de la Nouvelle France Industrielle. 

"Nous construisons les technologies qui s’intègreront d’ici 2020 dans la voiture de chaque Français pour améliorer la sécurité routière (90% des accidents sont causés par des erreurs humaines), optimiser et démocratiser les transports publics (seulement 45% de la population française disposent d’un accès à un transport urbain collectif) et améliorer la qualité de vie du conducteur (un francilien passe 78 minutes par jour dans sa voiture)", écrit le ministère de l’Economie dans un communiqué.

En test sur route en 2015

Concrètement, la feuille de route porte plus sur la réglementation que sur les technologies. Les appels à projet ne seront en effet lancés qu’au second semestre 2014 et les participants n’ont pas encore détaillé les différentes briques technologiques nécessaires. La feuille de route prévoit cependant déjà que l’Etat investisse 100 millions d’euros sur trois ans, vraisemblablement à partir de 2015, dans des entreprises qui participeront aux appels d’offre.

Par ailleurs, PSA et Renault travaillent déjà chacun en parallèle sur leurs véhicules automatisés, et ne se sont pas montrés prolixes sur les différentes solutions technologiques. "Les deux constructeurs ne sont pas dans une approche à la Google, c’est-à-dire qu’ils ne cherchent pas à faire directement un véhicule 100% autonome, explique un participant aux discussions. Ils vont plutôt introduire progressivement de nouvelles technologies d’automatisation, qui sont donc déjà en développement selon leur schéma classique de conception véhicule". PSA prévoit ainsi de commercialiser les premières applications aux alentours de 2018. D’ici là, l’Etat compte mettre en place un label "Véhicule automatisé sûr" qui validera le fait que ces voitures autonomes peuvent circuler en toute sécurité.

Label Véhicule automatisé sûr

Pour arriver à cette phase de commercialisation, la feuille de route porte également sur la réglementation. Il est en effet aujourd’hui interdit de faire rouler les véhicules. Mais dès 2015, le gouvernement pourrait autoriser les tests sur route ouverte des véhicules autonomes à faible vitesse, éventuellement en permettant au conducteur de lâcher le volant. Le cadre réglementaire pour la commercialisation des véhicules devrait lui intervenir en 2016.

"La feuille de route prévoit également d’adapter les infrastructures aux véhicules autonomes", explique un membre du groupe de travail. L’approche française prévoit de faire communiquer le véhicule avec les infrastructures, les autres véhicules et de s’appuyer sur le marquage au sol, et sur des bornes communicantes pour circuler. Cette approche va à l’opposé de celle de Google qui se base sur une cartographie très détaillée. Aucune modalité concrète ou financière n’a cependant pas été avancée.

Tous les acteurs du groupe de travail se réuniront de nouveau en septembre, pour approfondir le projet et définir notamment les appels à projet.

Pauline Ducamp

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale