Le véhicule autonome va-t-il écraser toutes les autres formes de mobilité ?

Le cabinet Roland Berger a réalisé une étude sur les nouvelles formes de mobilité.

Il voit la mobilité autonome décoller entre 2025 et 2030. Les "robocabs" – navettes et VTC autonomes – devraient à terme se substituer aux autres modes de mobilité partagée.

Partager
Le véhicule autonome va-t-il écraser toutes les autres formes de mobilité ?

L'avènement des "robocabs" est prévu pour 2025. Le cabinet Roland Berger le prédit dans sa dernière étude, consacrée aux nouvelles formes de mobilité. Derrière ce terme, "robocabs", se cachent les flottes véhicules autonomes, taxis, VTC et navettes sans conducteur, qui devraient arriver sur les routes aux alentours de 2020-2022.

Cette armée de voitures et transports collectifs sans conducteurs va transformer profondément l'écosystème des transports partout dans le monde, préviennent les experts du cabinet. En particulier dès 2025, lorsque la flotte de robocabs aura atteint une masse critique suffisante.

Les robocabs, 30% des trajets en 2030 ?

En attendant, les nouvelles formes de mobilité (deux roues et voitures en libre-service, VTC, autopartage, covoiturage courte et longue distance) vont continuer à se développer. Ils devraient représenter, en cumulé, 6% des kilomètres parcourus par les Européens en 2025, contre 0,5% aujourd'hui. Roland Berger voit en particulier le covoiturage entre particuliers poursuivre sa croissance, tandis que la part de marché des VTC va stagner.

Mais entre 2025 et 2030, les robocabs devraient tout écraser sur leur passage, jusqu'à englober toutes les autres formes de mobilité. "Les robocabs seront quatre fois moins chers que le taxi, aussi compétitifs que le bus ou le vélo. Les navettes autonomes pourront transporter deux fois plus de passagers tout en étant deux fois plus profitables que les transports avec chauffeur", annonce Didier Bréchemier, spécialiste Transport chez Roland Berger. "Les autres services deviendront des modalités d'usage des robocabs", ajoute-t-il. Roland Berger prédit que les robocabs représenteront 26% des déplacements en 2030.

quelle place pour les constructeurs auto ?

S'ils ne s'adaptent pas, les premiers perdants pourraient être les constructeurs automobiles. La demande de véhicules va en effet baisser, selon le cabinet, entre 2025 et 2030. La chute des ventes atteindrait, pendant cette période, -32% au niveau mondial, -45% en Europe et -60% en France ! Seule le segment premium tirerait son épingle du jeu, tandis que les véhicules d'entrée de gamme seraient "commoditisés".

Le paradoxe, c'est que le niveau global de mobilité augmenterait, de 6 milliards de kilomètres parcourus par les Européens en 2015 à 6,6 milliards en 2030. Et puisque la mobilité autonome serait particulièrement rentable (y compris dans le secteur ferroviaire, souligne Roland Berger), le chiffre d'affaires du secteur diminuerait, mais les profits augmenteraient significativement. Mais alors qui captera cette croissance annoncée ? Constructeurs, GAFA, sous-traitants, équipementiers, start-up ? Quel sera le rôle des villes qui intègreront progressivement la voiture autonome à leur mix de transports? L'essor du travail à distance et la transformation des centres urbains auron-t-ils un effet sur le modèle prédit par Roland Berger ? Voici quelques-unes des questions – passionnantes – soulevées par son étude.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS