Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le VPN Safe-Inet, exploité par des hackers, a été démantelé par les forces de l'ordre

Les polices françaises, américaines, allemandes, néerlandaises et suisses ont démantelé le VPN Safe-Inet utilisé par des criminels pour mener des attaques informatiques. Plus de 250 entreprises ont été ciblées. Les auteurs de ces infractions sont désormais recherchés.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le VPN Safe-Inet, exploité par des hackers, a été démantelé par les forces de l'ordre
Le VPN Safe-Inet, exploité par des hackers, a été démantelé par les forces de l'ordre © Mika Baumeister/Unsplash

Le réseau privé virtuel (VPN) Safe-Inet, utilisé par de nombreux hackers, a été démantelé, a révélé Europol et le ministère de la Justice américain dans un communiqué.

Les serveurs et les noms de domaines à partir duquel le VPN était accessible ont été désactivés. A la place, une bannière a été mise en ligne pour expliquer les motifs du retrait.
 


Mené par la police allemande
L'Opération policière "Nova" a été menée par la direction générale de la Police allemande de Reutlingen en collaboration avec les forces de l'ordre françaises, allemandes, néerlandaises, américaines et suisses dans le cadre de la plateforme pluridisciplinaire européenne contre les menaces criminelles (EMPACT).

"L'enquête menée par nos spécialistes de la cybercriminalité a abouti à un tel succès grâce à l'excellente coopération internationale avec des partenaires du monde entier. Ces résultats montrent que les services de forces de l'ordre sont aussi bien connectés que les criminels", s'est félicitée Udo Vogel, président de la préfecture de Police de Reutlingen.

Les criminels se cachaient derrière le VPN
Pour rappel, un VPN est un type de réseau informatique permettant de créer un lien direct entre des ordinateurs distants qui isole leurs échanges du reste du trafic se déroulant sur des réseaux de télécommunications publics. Son utilisation est totalement légale – sauf dans quelques pays tels que la Russie ou la Chine – à condition de ne pas l'utiliser pour commettre une infraction. Dans le cas de Safe-Inet, les criminels recouraient à ce VPN depuis plus de 10 ans pour mener des attaques informatiques, telles que des ransomwares ou du skimming qui consiste à pirater des cartes bancaires, notamment depuis les distributeurs de billets.

Les hackers dissimilaient leurs actes via ce VPN qui offrait jusqu'à "5 couches de connexions VPN anonymes", détaille l'agence européenne de police criminelle dans son communiqué. Ainsi, plus de 250 entreprises ont été illégalement espionnées et risquaient d'être attaqué à tout moment.

Le même groupe serait responsable
Des enquêtes sont en cours pour retrouver les utilisateurs de Safe-Inet grâce à "l'analyse des données saisies". D'après ZDNet, ces services seraient en fait exploités par un seul et même groupe d'individus. En effet, l'utilisation de ce VPN était largement plébiscitée sur des forums clandestins de cybercriminalité russophones et anglophone.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.