Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Legalvision Pro lève 3 millions d'euros pour optimiser la dématérialisation des formalités juridiques

Levée de fonds La legaltech Legalvision Pro édite un logiciel qui optimise le traitement dématérialisé des formalités juridiques auprès des administrations publiques. Le service est utilisé par 500 professionnels du droit et du chiffre qui externalisent des tâches souvent chronophages, telles l'obtention d'un extrait Kbis, la modification des statuts... La jeune pousse vient de lever 3 millions d'euros pour recruter, enrichir son offre et se lancer sur le marché espagnol.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Legalvision Pro lève 3 millions d'euros pour optimiser la dématérialisation des formalités juridiques
Legalvision Pro lève 3 millions d'euros pour optimiser la dématérialisation des formalités juridiques © Thomas Lefebvre/Unsplash

La start-up française Legalvision Pro, spécialisée dans les formalités juridiques, vient d'annoncer une levée de fonds de 3 millions d'euros. Le tour de table a été mené par plusieurs investisseurs, dont Portugal Ventures.

Dématérialiser les formalités juridiques
Fondée en 2015 par Loïc Le Goas, Legalvision dématérialise la production d'actes juridiques pour les TPE et PME qui n'ont pas forcément les moyens d'employer un juriste pour effectuer ces tâches. En 2017, Legalvision a lancé Legalvision Pro, une nouvelle division qui s'adresse spécifiquement aux professionnels du droit et du chiffre.

"La solution repose sur un tandem innovant : une équipe de formalistes expérimentés et un logiciel pour optimiser la réalisation des formalités juridiques auprès des administrations publiques", raconte Loïc Le Goas, CEO de la jeune pousse, auprès de L'Usine Digitale.

Un service utilisé par 500 professionnels
Avec Legalvision Pro, les cabinets d'expertise comptable, les notaires, les directions juridiques et les avocats en droit des affaires externalisent des tâches techniques et souvent chronophages. "Un avocat va préparer l'acte juridique et va nous confier le soin d'effectuer les formalités", explique Loïc Le Goas.

A date, cette solution est utilisée par 500 professionnels. "Cela présente une centaine de formalités par jour", poursuit-il. Le prix du service est fixé par une grille tarifaire dont le montant dépend de la formalité à accomplir (changement de dirigeant, création d'une entreprise…).


Legalvision Pro intervient ainsi à trois niveaux : la création d’un dossier juridique complet, la collecte des pièces obligatoires et des signatures et la formalité juridique en elle-même. Il peut par exemple s'agir de l'obtention d'un extrait Kbis, document qui permet à une entreprise de justifier son inscription au registre du commerce et des sociétés, ou de la modification des statuts. A ce titre, la jeune pousse constitue un interlocuteur privilégié entre les juristes et les greffes des tribunaux de commerce.


Lancer une offre pour les experts comptables
Grâce à cette levée de fonds, la jeune pousse veut augmenter ses effectifs de 30 % d'ici 2021 en recrutant des formalistes, commerciaux et développeurs. L’activité est actuellement menée par une équipe de 25 salariés. Elle ambitionne également d'enrichir sa solution en proposant une offre spécialement dédiée aux cabinets d'expertise comptable.

Avec un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros en 2019, la legaltech s’engage en parallèle dans un développement international, avec une offre dédiée au marché espagnol dans un premier temps.

Les levées de fonds dans le domaine des legaltech restent très rares en France. Ces start-up ont encore beaucoup de mal à décoller et le secteur reste concentré dans les mains de quelques jeunes pousses. Fait révélateur : aucune d'entre elles ne fait partie du classement French Tech 120 qui recense les 123 start-up françaises les plus prometteuses. Une des problématiques majeures des legaltech est de réussir à s'imposer face à des mastodontes, les éditeurs juridiques à l'instar de Dalloz, LexisNexis, Lextenso…

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media