Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Les 20 de l'insurtech] Nalo transforme l'assurance vie en gestion de projets

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Nalo a développé un robot conseiller pour permettre aux particuliers d'optimiser leurs investissements dans les produits d'assurance vie. La start-up couple algorithmes et conseils humains et vise un milliard d'euros sous gestion dans un horizon à cinq ans. 

Nalo transforme l'assurance vie en gestion de projets
[Les 20 de l'insurtech] Nalo transforme l'assurance vie en gestion de projets © DR

Après des études de physiques et une carrière à Londres en salle de marché, Guillaume Piard est désormais à la tête, avec Hugo Bompard, de Nalo, une start-up à l'origine d'un robot conseiller en assurance vie.

 

Rendre compréhensible l'assurance vie

Nalo est née d'un constat : l'absence de service abordable pour permettre au plus grand nombre de mieux gérer son épargne. Disponible officiellement depuis juin 2017, la solution permet de rendre plus compréhensible l'investissement en assurance vie. Sur la plate-forme, les particuliers renseignent leur situation matrimoniale et patrimoniale et "parlent ensuite de leurs projets". "L'idée est de mettre en cohérence du patrimoine et des projets financiers" et non un patrimoine et un profil de risque, comme le proposent les approches classiques des cabinets de gestion de patrimoine.

 

Si la digitalisation du parcours et le recours aux algorithmes permettent de réduire la longueur de la chaîne de services (et donc les coûts), la machine n'est pas seule aux manettes. "Il y a de l'humain derrière. Nous avons une équipe de service client", confirme l'entrepreneur.

 

Un milliard sous gestion d'ici cinq ans

  • Catégorie : courtiers en assurance vie.
  • Date de création : mai 2016 et lancement du produit en juin 2017.
  • Localisation : Paris.
  • Nombre d'employés : une dizaine.
  • Chiffre d'affaires : non communiqué.
  • Fonds levés : levée de fonds prévue en 2018.

 

Nalo s'inscrit dans un modèle B2C. La plate-forme, qui s'appuie sur un partenariat avec Generali, s'adresse directement aux particuliers avec un minimum d'investissement de 1000 euros. Nalo se rémunère en prélevant un pourcentage sur les encours confiés par les clients. La start-up ne communique pas sur son nombre de clients mais indique viser un milliard d'euros sous gestion dans un horizon à cinq ans.

Actuellement incubée au Village by CA, Nalo compte une petite dizaine de collaborateurs et prévoit de boucler une levée de fonds en 2018 pour améliorer l'ergonomie de son offre, y ajouter des produits et travailler sur ses canaux d'acquisition via notamment des partenariats avec d'autres acteurs de la fintech et la mise en place d'un système de parrainage.

 

Trois start-up tricolores sur le marché

La croissance est un impératif pour la jeune pousse qui compte déjà plusieurs compétiteurs sur le marché tricolore, comme Yomoni et Wesave. Guillaume Piard préfère, lui, jouer la carte de la "coopétition". "Nous ne les voyons pas comme des concurrents mais comme des camarades avec qui nous évangélisons ensemble un nouveau marché. L'assurance vie est un environnement très réglementé. L'investissement est l'un des derniers bastions financiers à avoir été attaqués par les fintechs. C'est un marché à 1600 milliards d'euros en France", rappelle Guillaume Piard.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale