Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Les 20 de l'insurtech] Utocat facilite l'adoption de la blockchain

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Utocat a développé une API pour rendre accessible la technologie de la blockchain aux acteurs de la banque et de l'assurance. La start-up lilloise a développé un premier produit avec Axa et expérimente un prototype avec Groupama. 

Utocat facilite l'adoption de la blockchain dans la banque et l'assurance
[Les 20 de l'insurtech] Utocat facilite l'adoption de la blockchain © DR

"Nous sommes un opérateur technologique, un peu comme un Free ou un Orange. On ne nous voit pas", résume Clément Francomme, CEO et cofondateur de la start-up lilloise Utocat.

Fondée en 2014, la jeune pousse articule aujourd'hui son activité autour de Blockchainiz, une brique technologique qui permet de simplifier l'accès à la technologie de chaîne de blocs pour des grands groupes. "C'est une API. Nous nous chargeons d'opérer la partie technologique de la blockchain. Nous nous assurons de son fonctionnement en continu et monitorons ce qu'il s'y passe pour nous assurer que les opérations de nos clients soient bien passées sur la blockchain. Nos clients, eux, peuvent se focaliser sur la partie métier", expose l'entrepreneur.
 

Une assurance sur Ethereum avec Axa

Avec Axa, Utocat a ainsi développé Fizzy, une assurance basée sur Ethereum pour couvrir les retards des vols. Comment ça marche ? Après avoir acheté un billet d'avion, l'utilisateur se rend sur le site Fizzy.Axa pour souscrire à l'assurance. La solution est connectée au trafic aérien mondial de manière à récolter les informations d'atterrissage des vols. "Une fois l'information disponible dans la blockchain, c'est le smart contract qui prend la décision d'indemniser le client ou non. Si un retard de plus de deux heures est constaté, l'indemnisation se déclenche automatiquement", détaille Clément Francomme. "Axa souhaite étendre les possibilités de cette première expérience à une audience plus large", ajoute-t-il.

 

Un prototype avec Groupama

  • Catégorie : solutions technologiques dédiées aux assurances
  • Date de création : 2014
  • Localisation : Lille
  • Nombre d'employés : 14 actuellement, une vingtaine dans les prochains mois
  • Chiffre d'affaires : 400 000 euros en 2017. Le double prévu en 2018.
  • Fonds levés : 500 000 euros.
  • Références clients : Axa, Groupama, mais aussi BPCE, Crédit Agricole, la Société Générale et BNP Paribas. 

 

Utocat travaille également avec Groupama dans le cadre du consortium LabChain piloté par la Caisse des Dépôts. "L'idée est de pouvoir ouvrir des comptes d'assurance le plus rapidement possible avec un fort niveau de sécurité. La différence avec cette initiative et d'autres systèmes classiques, c'est qu'avec les seconds, la provenance des documents que vous utilisez pour ouvrir un compte n'est pas forcément connue. Aujourd'hui, l'assureur ne dispose pas de moyen de contrôle pour savoir si la facture fournie est réelle ou falsifiée", explique Clément Francomme.

 

Actuellement, la start-up compte 14 collaborateurs et cherche à renforcer ses équipes pour industrialiser son deuxième produit : Catalizr, un dispositif d'accélération de financement des entreprises non cotées basé sur la blockchain. Utocat souhaite également consolider son infrastructure pour la rendre plus accesisble aux groupes bancaires et assurantiels. Après un levée de fonds de 500 000 euros effectuée mi-2016, Utocat envisage une nouvelle augmentation de capital au cours de l'année. En 2017, la start-up a enregistré un chiffre d'affaires de 400 000 euros et compte le doubler pour l'exercice 2018.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale