Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Les 20 de l’insurtech] WeProov crée de la confiance avec des preuves numériques

La start-up parisienne WeProov a créé une technologie permettant de générer des preuves visuelles, à partir de photos prises sur smartphone ou tablette. Des assureurs lui font confiance pour réaliser des états des lieux à distance ou des déclarations de sinistres.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

WeProov crée de la confiance avec des preuves numériques
[Les 20 de l’insurtech] WeProov crée de la confiance avec des preuves numériques © WeProov

Alors que des start-up proposent de numériser le processus d’état des lieux, dans l’immobilier ou l’automobile, en s’appuyant sur les technologies mobiles, WeProov va plus loin. La start-up parisienne créée en 2016 par Alexandre Meyer, Gabriel Tissandier et Jean-Luc Manceron génère des preuves visuelles certifiées, en empêchant par exemple l’envoi de photos antidatées ou modifiées. Une technologie qui intéresse des professionnels de nombreux secteurs, notamment des assureurs. Thélem et Natixis en France, ainsi que Foyer au Luxembourg utilisent déjà ses outils, tout comme les experts en assurance BCA Expertise et Gexa en Belgique.

 

Des photos horodatées et gélocalisées de façon infalsifiable

Chaque photo prise via l’application WeProov (ou via une application tierce intégrant sa technologie) fait l’objet d’un rapport détaillé : objet, identité de l’émetteur, horodatage, lieu où la photo a été prise (via une gélocalisation GPS croisée avec l’adresse IP). Signature électronique et certificat numérique font partie des premiers cliquets de sécurité apposés.

Mais la start-up va plus loin, et applique un calcul au jeu de données (cryptées de point à point) lié à chaque photo, ce qui va générer un code numérique unique, une suite de chiffres dite le "hash". "On génère un hash pour chaque transaction ; pour chaque fichier, on peut remonter la chaine de hash et ainsi tracer tous les changements", détaille le CTO Jean-Luc Manceron. "Si le fichier n’est pas modifié, le hash sera inchangé : c’est la base de la preuve".

Ces hash sont stockés sur les serveurs de WeProov, mais depuis peu, pour ajouter un niveau de sécurité, la start-up injecte chacun des hash dans la blockchain. "Mais aucune donnée personnelle n’est injectée dans la blockchain", tient à préciser Gabriel Tissandier.

 

100 000 rapports générés

 

 

Depuis sa création, 100 000 rapports ont été générés via la technologie WeProov (soit un volume d’un million et demi de photos) et la croissance est fulgurante, que ce soit dans l’automobile, l’immobilier, la construction, la sécurité… Côté assurance, les cas d’usage sont multiples : réalisation d’état des lieux au début d’un contrat, déclaration de sinistres, pré-diagnostic et chiffrage à distance...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale