Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 3 dirigeants de Doctolib du tac au tac

Ivan Schneider et Jessy Bernal sont directeurs techniques. Stanislas Niox-Chateau est DG. Fondateurs de Doctolib en octobre 2013, leur start-up compte aujourd’hui plus de 160 salariés, 6000 praticiens, 200 établissements de santé et 2,5 millions d’utilisateurs chaque mois, avec un potentiel de développement énorme en France et en Europe. La dream team en questions.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 3 dirigeants de Doctolib du tac au tac

Les 3 dirigeants de Doctolib du tac au tac
Ivan Schneider, Jessy Bernal et Stanislas Niox-Château, fondateurs de Doctolib © Doctolib

 

Comment a commencé l’aventure Doctolib ?
Jessy Bernal : « Ivan et moi travaillions déjà ensemble depuis 10 ans. Stanislas nous a appelés : « Voulez-vous révolutionner le monde de la santé avec moi ? ». On a tout de suite répondu oui et, deux-trois semaines plus tard, on testait Doctolib. »

Qui fait quoi ?
Stanislas Niox-Chateau : « Ivan et Jessy sont en charge du produit, de la technique et du développement. Moi, je gère le reste. Pour les décisions stratégiques, nous avons un comité de direction et une forte équipe commerciale. »

La force du concept Doctolib ?
Stanislas N-C. : « Doctolib répond à un besoin latent des deux côtés, celui des praticiens et celui des patients. Il n’y a eu aucune innovation dans ce domaine depuis 30 ans ! »

 


 
Doctolib a une philosophie : le « SPAAH ». C’est quoi ?
Stanislas N-C. : « On a crée le SPAAH pour définir une vraie culture d’entreprise dès le départ, une ligne directrice sur laquelle s’appuyer au quotidien et pour l’avenir. S comme Service car Doctolib doit fournir un service hors du commun. Un vrai service à l’anglo saxonne, être réellement à l’écoute de nos clients. P comme Passion : Prendre toujours du plaisir. Le 1er A d'Ambition : N'avoir aucune limite, c’est-à-dire, en plus d’une vision à long terme, se fixer chaque jour des projets, des objectifs, et essayer de les atteindre. Le second A comme Attaque : Être déterminé(e), réussir par la porte ou par la fenêtre. Et enfin H comme Humilité, être à l'écoute de l’autre et savoir se remettre en question.

Selon vous, quelle est la force de Doctolib ?
Stanislas N-C. : « L’équipe, l’organisation, la technicité du produit et notre proximité : nous comptons plus de soixante Doctolibers sur le terrain dans toute la France. »

Ivan Schneider : « On travaille avec des collègues excellents et passionnés. »

Jessy B. : « Le partage, on apprend tous les jours les uns des autres, ça permet de constamment s’améliorer et d’aller de l’avant. »

La principale qualité d’un collaborateur ?
Jessy B. : « La motivation. La compétence. »

Ivan S. : « Avoir une bonne dose de pragmatisme. Etre concret, rapide, opérationnel. »

Stanislas N-C. : « Etre SPAAH. »

Le pire défaut ?
Stanislas N-C. : « L’absence d’humilité. »

Jessy B. : « L’incompétence. »

Ivan S. : « Le manque d’implication, être trop détaché de l’aventure. »

Combien d’heures par jour ou par semaine travaillez-vous ?
Jessy B. : « On ne les compte pas. On est mordus de travail. C’est dans notre façon d’être. »

Stanislas N-C. : « Nous sommes tellement passionnés que le mot travail n’existe pas. »

Au fond, qu’est-ce qui vous motive ?
Jessy B. : « Rencontrer des gens qui connaissent le concept Doctolib et sont fans du service. Je veux avoir le plus de fans possibles. Notre service est utile, on ne fait pas ça pour rien. »

Ivan S. : « Révolutionner quelque chose. C’est un petit aspect, mais qui peut changer la vie de beaucoup de monde. »

Stanislas N-C. : « Améliorer le quotidien des gens. Un objectif à la fois sociétal et organisationnel. »

 


Si vous deviez donner UN argument pour rejoindre Doctolib ?
Jessy B. : « Le potentiel de développement, sachant qu’il y a 3,5 millions de professionnels de santé en Europe. »

Ivan S. : « Le potentiel, bien sûr. Mais aussi les enjeux techniques. Nous avons fait le choix d’une équipe technique réduite pour garder un niveau d’excellence, sans compromission. »

Stanislas N-C. : « Je reprendrais l’argument d’Eric Schmidt (PDG de Google le 2001 à 2011, ndlr)
à Marissa Mayer (ex-Google PDG de Yahoo ! depuis 2012, ndlr) pour la convaincre de rejoindre Google alors qu’elle avait de nombreuses autres propositions. Quand Marissa lui demande : « Pourquoi j’accepterais d’être payée 30 % de moins pour travailler avec une équipe de 15 personnes ? » Il lui rétorque : « Tu es face un un vaisseau spacial en train de décoller. Soit tu prends le train en première, soit tu nous rejoins à bord du vaisseau. » On connaît la suite…

 

En savoir plus sur les fondateurs...

 

Ivan Schneider, Directeur Technique

Diplômé de l’EPITA, Ivan a cofondé avec Jessy une dizaine de projets et sociétés dont Massive Music Quiz (8,5 millions d'utilisateurs), revendue à Lov Group. Il a également travaillé chez Octo et Skillstar. C'est un expert français de Ruby on Rails.

 

 

 

Jessy Bernal, Directeur Technique

Diplômé de l’EPITA, Jessy a cofondé avec Ivan une dizaine de projets et sociétés dont Massive Music Quiz (8,5 millions d'utilisateurs), revendue à Lov Group. Il a également travaillé chez Octo et Skillstar. C'est un expert français de Ruby on Rails.

 

 

 

Stanislas Niox-Chateau, Directeur Général

Sportif de haut niveau puis diplômé d’HEC, Stanislas a travaillé en Asie et en Afrique puis chez Sofinnova. Il a ensuite lancé ou développé Lafourchette, Weekendesk et Balinea à travers Otium Capital qu’il a co-créé.

 

 

 

 

A lire aussi

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale