Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 360 000 comptes promouvant la violence supprimés par Twitter en un an ne sont qu'un début

Depuis mi-2015, Twitter a mis en place une politique de suppression des comptes promouvant la violence et le terrorisme. Il va continuer d’investir dans le service qui s’en occupe, les technologies idoines et les partenariats avec des organisations gouvernementales et non gouvernementales de lutte contre ce type de messages.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 360 000 comptes promouvant la violence supprimés par Twitter en un an ne sont qu'un début
Les 360 000 comptes promouvant la violence supprimés par Twitter en un an ne sont qu'un début © Emmanuelle Delsol

Souvent pointé du doigt pour son absence de réaction face à la promotion de la violence et du terrorisme sur sa plate-forme, Twitter tient désormais les comptes. Il annonce avoir supprimé 235000 comptes depuis février, qui s’ajoutent aux 125000 qui ont subi le même sort depuis mi-2015. En 2015, le Californien a rappelé qu’il condamnait l’utilisation de son service pour des menaces violentes et la promotion de terrorisme et que ce type de comportement n’y était pas permis.

 

Une organisation et des technologies spécifiques

Et il a depuis mis en place une organisation spécifique chargée d’identifier les comptes enfreignant ces règles et de les supprimer. Sur son blog, Twitter annonce que les suppressions quotidiennes ont augmenté de 80%, et encore davantage après les attaques terroristes. Parmi les comptes supprimés, certains appartenaient directement à des membres de Daesh, de Al Qaeda, …


Réduire la visibilité des voix extrémistes

Différents acteurs du numérique et observateurs du terrorisme sur Internet tels Jared Cohen, le patron de Google Ideas ou le politologue spécialiste du djihadisme sur Internet Abdelasiem El Difraoui enjoignaient depuis longtemps les entreprises du numérique de s’en prendre à ces comptes pour réduire leur visibilité de leurs propriétaires. Le Californien a aussi suivi ce type de conseils en collaborant avec les autorités de différents pays et des organismes comme le français Parle-moi d’Islam ou le britannique Imams Online pour "promouvoir des voix non-gouvernementales crédibles contre l’extrémisme violent".


Pas d’algorithme miracle

Twitter précise cependant qu’aucun algorithme n’est capable d’identifier ce type de contenu. Il utilise l’outil antispam et d’autres technologies qu’il a développés et lui ont permis de repérer automatiquement un tiers des comptes à supprimer. Le Californien va continuer d’investir dans de nouveaux outils, dans son organisation et dans les partenariats. Il publiera régulièrement les chiffres de suppressions de comptes à jour et deux fois par an un "rapport de transparence" sur les demandes qu’il aura reçues des gouvernements.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale