Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Les 5 réflexes pour ne pas tuer une "bonne idée"

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Gauthier Helloco, agitateur d’idées et designer pédagogique a co-fondé Eduvoices, programme de formation 100% en ligne et gratuit à destination des enseignants souhaitant développer le potentiel de leurs élèves.  Il explore pour L’Usine Digitale le monde des idées et la nécessité d’un changement d’état d’esprit et de pédagogie pour le développement des talents.  Cette semaine, il se pose la question des premiers réflexes à avoir lorsque l’on a une "bonne idée"…  

Les 5 réflexes pour ne pas tuer une bonne idée
Les 5 réflexes pour ne pas tuer une "bonne idée" © D.R.

Tout le monde a une idée et a fortiori, tout le monde peut avoir une bonne idée. Seulement avoir l’idée ne fait de vous ni un génie ni un idiot. A peine est-elle dans vos pensées que vous en voyez déjà les limites : “personne ne va y croire”, “cela existe déjà”, “ah oui je connais déjà quelqu’un qui développe la même chose depuis 6 mois”,...

 

Difficile d’imaginer un passage à l’action pour mettre en forme et développer son idée dans ces conditions. Voici les premières actions à mettre en place pour ne pas tuer "sa bonne idée".

 

0. Respirez et laissez-lui une chance

Avant de tuer vous-même votre idée, prenez un peu de temps de l’apprécier. Laissez-lui une chance car après tout dans votre jugement hâtif il est certain que la projection que vous faîtes de votre idée ne correspond pas à la réalité effective. Donc… vous ne savez encore rien de son potentiel alors au lieu de vous faire des films (de super héros sauvant le monde ou d’horreur avec un échec personnel à la clé). Arrêtez d’imaginer le futur, respirez le temps d’un instant et commencez par admettre que des paramètres vous échapperont et que la perspective d’un “Pourquoi pas ?” vous motive à l’idée de faire grandir votre idée. C’est déjà une bonne base.

 

1. Capturez l’idée

Sûrement l’action la plus simple en apparence sans pour autant être la plus spontanée. Une idée se perd aussi bien dans votre esprit que dans vos papiers ou vos multiples prises de notes sur votre smartphone. La clé est d’organiser vos notes de la même manière dans un espace dédié. Utilisez un programme type Evernote ou Trello pour pouvoir les ranger. Car une fois rangée, encore faut-il pouvoir retrouver l’idée et pouvoir aller la consulter au bon moment.

 

2. Priorisez sans vous dénigrer

Non, nous n’avons pas le temps de tout faire tout le temps. De la même manière que vous projetez faussement la forme finale de votre idée,  vous avez faussement projeté le temps que va vous prendre votre idée dans son développement. Aussi il faut savoir vous dégagez du temps et dédier des plages horaires pour pouvoir travailler sur votre idée. Ne pas réussir à faire en une heure ce que vous aviez projeté de faire mais pas la fin du monde. C’est dans ces moments que vous allez vous dire que la tâche est énorme et que vous n’y arriverez jamais, que vous êtes un incapable, etc... etc... etc... Rassurez-vous ça arrive à tout le monde, les plans existent davantage pour nous guider que pour nous rassurer !

 

3. Partagez votre idée pour l’améliorer

Tout le monde vous dira qu’il est important de partager son idée pour la faire progresser. Lorsque vous entamer cette démarche, il est important de comprendre que vous ne travaillez pas pour vous mais bien pour le projet. Ce n’est pas la personne qui doit être rassurée, c’est l’idée elle-même.  Que l’on vous dise que l’idée est géniale vous fera plaisir mais en soi ce n’est pas une base pour améliorer ou construire autour de votre intention initiale.  Le partage de son idée demande à ce que l’on soit ouvert,  avec ou des autres et  du regard qu’ils peuvent avoir sur notre idée.

 

4. Déstructurez votre idée en actions accessibles

Lorsque vous démarrez votre journée ne vous dites pas que vous êtes en train de travailler sur un grand et long projet. En décomposant les grandes étapes utiles au développement de votre idée en actions accessibles en lien avec des objectifs et limitées dans le temps, vous allez pouvoir plus facilement vous organiser et surtout moins vous décourager. Gardez en tête le sommet de votre escalier et concentrez-vous chaque jour sur les marches à monter.

 

5. Ne tombez pas amoureux de votre idée

Ne devenez pas addict de votre propre idée : elle évoluera,  changera sûrement de forme et potentiellement pourra disparaître.  Les idées sont fragiles et peuvent disparaître, ce n’est pas une fatalité. Vous, vous continuez à avancer sur votre propre chemin. Ne laissez pas une idée vous submerger au point de vous mettre en danger. Les idées sont nombreuses et à force d’essayer les opportunités se présentent.


Gauthier Helloco, agitateur d’idées, designer pédagogique et co-fondateur du programme de formation Eduvoices @ghelloco

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale