Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 50 de la fintech : Kyriba, pour gérer facilement sa trésorerie d'entreprise

L'éditeur de logiciel Kyriba développe des solutions de gestion de trésorerie et de gestion du risque destinées aux professionnels. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 50 de la fintech : Kyriba, pour gérer facilement sa trésorerie d'entreprise
Les 50 de la fintech : Kyriba, pour gérer facilement sa trésorerie d'entreprise © Capture d'écran Kyriba.fr

Catégorie : gestion de trésorerie

Date de création : 2003

Localisation : Siège social à San Diego (Californie), bureaux à Paris (entre autres)

Nombre d'employés : 400

Chiffre d'affaires 2014 : Non communiqué

Levées de fonds : Plus de 80 millions de dollars

Références clients : Eurostar (transport), Accor (hôtellerie), Colas (BTP), Dassault Systèmes (éditeur de logiciels), Europcar (location de véhicules), Amazon (e-commerce)…

Nombre d’utilisateurs/de clients : 45000 utilisateurs, plus de 1000 clients

La société franco-américaine Kyriba n'est pas née de la dernière pluie : créée en 2003, elle proposait aux professionnels des logiciels de gestion de trésorerie et de gestion du risque bien avant que le terme "fintech" n'ait émergé. La société a levé plus de 80 millions de dollars depuis sa création et compte de gros bonnets parmi ses clients, comme le géant du e-commerce Amazon, ou encore l'hôtelier Accor.

 

L'éditeur de logiciels financiers a présenté en 2015 une nouvelle offre. Elle permet notamment aux fournisseurs des grands groupes de dégager de la trésorerie, grâce à l'escompte (document attestant du paiement d'une facture avant le terme) de leurs créances (remboursement d'une somme due par un tiers).

 

faire fructifier sa trésorerie

 

Cette offre dite de dynamic discounting implique deux acteurs : les donneurs d'ordres et leurs fournisseurs. Les premiers utilisent leurs excédents de trésorerie pour payer les factures de leurs fournisseurs avant le terme, en échange d'un escompte. Le fournisseur verse au groupe une certaine somme d'argent (un intérêt en quelque sorte) en échange de ce règlement effectué à l'avance.

 

 

Retour sur notre mur des 50 pépites françaises de la fintech

 

 

Cette pratique est d'habitude mise en place par les banques : elles prêtent à une entreprise créancière l'argent que son client lui doit avant la fin du délai de paiement. Au moment où le client paye sa facture, le créancier rembourse la banque.

 

Kyriba permet aux donneurs d'ordres de prendre la place de la banque : ils font ainsi fructifier leur trésorerie (grâce au versement d'un intérêt par le fournisseur) et assurent la pérennité de leur chaîne d'approvisionnement, car le fournisseur de souffrir d'un manque de trésorerie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media