Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 50 de la fintech : Payname, du paiement entre particuliers à la banque en ligne

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Payname était au départ une plate-forme de paiement en ligne destinée au particuliers. La start-up, qui a attiré de nombreux investisseurs, a lancé deux services destinées à gérer les paiements pour les professionels (PME et e-commerçants). 

Les 50 de la fintech : Payname, du paiement entre particuliers à la banque en ligne
Les 50 de la fintech : Payname, du paiement entre particuliers à la banque en ligne © Payname
Catégorie : Paiement
Date de création : avril 2013
Localisation : Toulouse
Nombre d'employés : 25
Chiffre d'affaires 2014 : Non communiqué
Levées de fonds : 300 000 euros en 2013, 300 000 euros en 2014 (crowdfunding), 5 millions d'euros en 2015
Références clients : Youpijob, School Mouv, Coovia, Greemple, Chateau Estoublon, Blur...
Nombre d’utilisateurs/de clients :  20 000 utilisateurs actifs sur payname.fr (site grand public) et 200 clients professionnels
La start-up Payname a lancé en 2013 un service permettant de payer en un clic des achats de particulier à particulier. L'acheteur n’est débité qu’à réception du colis, pour le vendeur, le paiement est garanti à l’expédition. Elle a également développé d'autres applications comme la gestion de cagnottes en ligne. Les services sont gratuits pour les particuliers.
 
Début 2015, la jeune pousse s’est lancée sur le marché professionnel, avec deux nouvelles offres. La première simplifie l'accès au paiement en ligne pour les TPE, PME et associations. La seconde permet aux e-commerçants de gérer facilement les paiements sur leurs plates-formes de vente en ligne. La start-up se rémunère sur ces offres professionnelles, sur la base d’un pourcentage sur les transactions.
 

Retour sur notre mur des 50 pépites françaises de la fintech

 

Payname, qui revendique quelque 20 000 utilisateurs particuliers et déjà un peu plus de 200 clients professionnels, cherche maintenant à passer à la vitesse supérieure. Objectif : se positionner très vite, dans un délai de 2 à 3 ans, comme une véritable banque en ligne collaborative. "Nous comptons proposer une carte bancaire à nos clients dès l’an prochain et lancer un dispositif de prêt entre particuliers à partir de 2017", précise Eric Charpentier.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale