Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 50 du recrutement : Easyrecrue, pour présélectionner en différé et choisir en live

La webapp d'Easyrecrue est une plateforme qui peut accueillir les vidéos des candidats dans un premier temps, et via laquelle les entreprises peuvent leur faire passer des entretiens dans un second.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 50 du recrutement : Easyrecrue, pour présélectionner en différé et choisir en live
Les 50 du recrutement : Easyrecrue, pour présélectionner en différé et choisir en live © Easyrecrue

Catégorie : Entretien vidéo
Date de création : 2013
Localisation : Paris, Milan, Madrid, Londres
Nombre d'employés : 45
Chiffre d'affaires 2015 : NC
Total des levées de fonds : 3 millions d'euros
Détail des levées de fonds : 500 000 euros récoltés auprès d'investisseurs privés en février 2014 puis 2,5 millions en 2015 auprès de la Bpifrance, du fonds d'investissements Laia Partners et de business angels
Références clients : Valeo, BPCE, Heineken, Vente-privée, Accor, Robert Half...
Easyrecrue propose à la fois les entretiens vidéo différés et en live dans un pack disponible à partir de 3000 euros par an. "Le premier outil sert à la présélection des candidats et le second est généralement utilisé pour assurer une deuxième session d'entretiens plus poussés", explique Priscilla Cavrois, responsable marketing de la start-up. Le service de vidéo live a été considérablement amélioré depuis le rachat en 2016 du concurrent visio4people, à la pointe de cette technologie.

 

Retrouvez toutes les entreprises de notre dossier "50 pépites françaises du recrutement"

 

Disponible sur ordinateur, tablette et smartphone, Easyrecrue ne nécessite aucune installation et s'utilise directement depuis la plateforme, accessible via internet. Après avoir levé 2,5 millions d'euros en 2015, la start-up continue à s'agrandir et compte embaucher une trentaine de développeurs et commerciaux avant la fin de l'année. Son objectif d'ici trois ans ? Dégager un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros.

 

Adrian de San Isidoro

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media