Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 50 du recrutement : Jobtruster met en concurrence les cabinets de recrutement

Avec Jobtruster, les entreprises peuvent fixer leurs honoraires et solliciter plusieurs cabinets de recrutement pour rechercher un seul profil.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 50 du recrutement : Jobtruster met en concurrence les cabinets de recrutement
Les 50 du recrutement : Jobtruster met en concurrence les cabinets de recrutement © Jobtruster

Catégorie : Cooptation et recrutement participatif
Date de création : 2015
Localisation : Paris
Nombre d'employés : 10
Chiffre d'affaires 2015 : NC
Total des levées de fonds : société bâtie sur fonds propres
Références clients : Saint-Gobain, Michelin, lesfurets.com...
"Quand une entreprise sollicite nos services, on met en concurrence trois cabinets de recrutement spécialisés dans le secteur souhaité pour trouver le candidat idéal, résume Matthieu Bell, le cofondateur de Jobtruster. Si un contrat est signé, l'entreprise nous verse les honoraires qu'elle a déterminés au préalable." La start-up prend 20% de la somme au passage et transfère les 80% restants au cabinet de recrutement. Matthieu Bell insiste : "C'est toujours le client qui fixe cette somme. En cas d'échec de notre part, il n'a rien à débourser."

 

Pour les grands comptes, la start-up propose une offre premium, qui prévoit la gestion de A à Z d'une dizaine de recrutements. Le service coûte entre 500 et 800 euros par mois, plus le versement d'honoraires en cas de succès. "Gérer une telle campagne nécessite l'embauche d'un chargé de recrutement, ce qui coûte souvent bien plus cher", justifie le dirigeant.

 

Retrouvez toutes les entreprises de notre dossier "50 pépites françaises du recrutement"

 

Aujourd'hui, Jobtruster travaille avec 200 cabinets référencés par métier et plus de 150 sociétés ont fait appel à ses services. Prochaine étape à franchir pour le cofondateur : la conquête de parts de marché en Grande-Bretagne, en Allemagne et au Bénélux, pour internationaliser l'activité de la start-up.

 

Adrian de San Isidoro

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.