Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 50 du recrutement : Work4, pour recruter sur Facebook

Work4 a conçu des outils pour diffuser des offres d'emploi sur Facebook et identifier les meilleurs profils.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 50 du recrutement : Work4, pour recruter sur Facebook
Les 50 du recrutement : Work4, pour recruter sur Facebook © Work4

Catégorie : Recrutement mobile
Date de création : 2010
Localisation : Paris et San Francisco
Nombre d'employés : 45
Chiffre d'affaires 2015 : NC
Total des levées de fonds : 25 millions de dollars
Investisseurs : Matrix partners et Serena capital
Avec plus d'un milliard d'utilisateurs, Facebook est un gigantesque vivier de candidats potentiels. Pour les atteindre et trouver la perle rare sur le réseau social, Work4 a créé plusieurs outils.


"Le premier est Career app, détaille Etienne Dargnies, CEO de la start-up. Ce système crée un onglet carrière dans la page Facebook de l'entreprise, qui rassemble toutes les offres d'emploi de la société. Les employés peuvent alors choisir de les diffuser sur différentes plateformes comme Twitter, LinkedIn... ou Facebook évidemment." Fréquence de publication, automatisation des envois... tout est paramétrable. Le système est vendu entre 5000 et 50 000 euros l'année selon la taille de l'entreprise et permet donc de transformer ses salariés en ambassadeurs et de toucher un maximum de chercheurs d'emploi.
 

La deuxième solution proposée par la pépite est Social job posting. Son but : "Identifier les utilisateurs de Facebook susceptibles d'être intéressés par les offres d'emploi de nos clients et les publier dans l'emplacement publicitaire de leur fil d'actualités", explique Etienne Dargnies. A chaque clic d'un utilisateur sur la bannière, le start-up prend un euro.
 

Retrouvez toutes les entreprises de notre dossier "50 pépites françaises du recrutement"

 

Six ans après sa création, Work4 recommande chaque année deux millions de candidats à ses clients. Plus de 500 entreprises l'utilisent, dont Siemens, Airbus ou encore Burger king. 

 

Adrian de San Isidoro

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.