Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 70 de la mobilité : Allocab transporte la clientèle d'affaires

Pour se différencier de ses concurrents, le service de VTC Allocab mise à fond sur la clientèle professionnelle. Avec un atout : des prix fixes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 70 de la mobilité : Allocab transporte la clientèle d'affaires
Les 70 de la mobilité : Allocab transporte la clientèle d'affaires © Allocab

Catégorie : VTC / taxis
Création : mai 2011
Localisation : Paris
Salariés : 21
Fonds levés depuis la création : aucun
Comment lutter face au mastodonte Uber sur le marché des VTC ? En se différenciant, répond Allocab. "En 2013, alors que nous vendions nos premières courses, j'ai vu Uber arriver. Je me suis tout de suite dit : il faut aller là où Uber ne va pas", confie le fondateur Yanis Kiansky. Allocab adopte alors un politique de prix fixes, et s'adresse à une cible précise : la clientèle d'affaires, avec la possibilité de réserver à l'avance. "Quand on professionnel se déplace, il doit pouvoir réserver son train, son hôtel, et son VTC depuis son ordi", résume le patron.

 

Retour sur notre mur des 70 pépites françaises de la mobilité

 

La start-up s'est développée sur ce créneau. Un modèle qui a prouvé son efficacité. "Nous n'avons pas levé de fonds depuis nos débuts. Nous sommes rentables", explique Yanis Kiansky. Le service est proposé dans 40 villes françaises, avec 3000 chauffeurs partenaires.

 

microsoft et psa, de gros clients

L'une des forces d'Allocab, c'est l'intégration de ses outils aux solutions de transport de ses clients. Des grands comptes lui font confiance, comme Microsoft, PSA et Lagardère. La société est aussi le principal sous-traitant de la SNCF pour son service de déplacement de porte-à-porte IDcab. "Nous gérons 60 à 70% de ces flux", explique Yanis Kiansky.

 

Allocab n'oublie pas la clientèle grand public, qui représente 50% de son activité. Mais ce sont surtout des pros qui utilisent le service durant leurs temps de loisirs. Comme ses concurrents, Allocab a décliné son offre en trois catégories : éco, affaire et première classe, et propose des berlines, des vans et des moto-taxis.

 

Après avoir financé elle-même son développement, la start-up se prépare à tenter l'aventure à l'étranger...  "Nous visons 10 territoires en nouant des alliances avec des acteurs locaux", révèle Yanis Kiansky. Une façon de tâter le terrain et se déployant à peu de frais… avant peut être de réellement s'installer sous la marque Allocab.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale