Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 70 de la mobilité : OuiHop réinvente l'auto-stop

OuiHop crée des réseaux intelligents de covoiturage en temps réel, comme des lignes de bus ou de métros éphémères que les passagers peuvent emprunter pour se déplacer.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 70 de la mobilité : OuiHop réinvente l'auto-stop
Les 70 de la mobilité : OuiHop réinvente l'auto-stop © OuiHop

Catégorie : covoiturage
Création : juillet 2014
Localisation : Palaiseau
Salariés : 9
Fonds levés depuis la création : 200 000 euros
L'innovation part souvent d'une frustration. Pour François Rougeau, créateur de OuiHop, celle-ci a un nom : RER B. "J'habite en banlieue parisienne et je prends souvent cette ligne, témoigne-t-il. Un jour, je me suis retrouvé bloqué à Denfert Rochereau par une panne alors que j'avais rendez-vous à deux kilomètres de là, à Cité Universitaire. J'ai loupé  mon rendez-vous alors que des milliers de voitures circulaient sous mes yeux et parmi elles, beaucoup passaient sûrement par Cité Universitaire".

 

Retour sur notre mur des 70 pépites françaises de la mobilité

 

Sa réponse : OuiHop, ou le bon vieil auto-stop numérisé. Une appli qui, lorsque vous êtes inscrit, permet d'afficher en temps réel  les trajets des conducteurs membres enregistrés, un peu comme une carte de de lignes de bus réactualisée en permanence. "C'est comme un réseau alternatif de transports qui prend vie autour de vous", résume le dirigeant. OuiHop organise la rencontre de ces conducteurs (qui ne modifient pas leur parcours) et des passagers potentiels.

 

deux euros par mois pour les passagers

Pour les passagers, pas de tarif au kilomètres mais un forfait mensuel de 2 euros leur permettant un nombre de trajets illimités. Les conducteurs accumulent des points dès lors qu'ils acceptent d'afficher leur position en temps réel dans la carte OuiHop. Et le gain de points est majoré dès qu'ils prennent un passager. Ces points sont convertibles non pas en euros mais en biens et services. "Cela peut être une révision gratuite, un bon d'essence, une heure de parking, une navette vers un aéroport, énumère Franck Rougeau. C'est un système vertueux, qui profite à d'autres modes de mobilité alternatives, grâce aux partenariats que nous nouons". Le fondateur assure que les incitations sont suffisamment motivantes pour convaincre les conducteurs d'être fidèles à l'appli.

 

OuiHop revendiquait début septembre 15 000 inscrits et environ 25 000 trajets par mois. "Ce qui correspond à 720 000 kilomètres de lignes générées", se félicite le créateur. Elle veut se développer en complément des transports publics, partout où les lignes sont saturées ou inexistantes. La start-up, qui vient d'intégrer l'incubateur Green Tech du ministère de l'Environnement, est présente en France (Paris, Lyon, Nantes) mais aussi à Montréal au Canada.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale