Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les barbares du net déferlent-ils vraiment partout ?  

Renault sous-traitant de Google ? Le groupe Accor, fournisseur de AirBnB ? Ce futurus horribilis est-il vraiment possible ? Oui, affirment Oussama Ammar et Nicolas Colin de TheFamily. Démonstration à l’appui.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les barbares du net déferlent-ils vraiment partout ?
Les barbares du net déferlent-ils vraiment partout ?   © Google

"Non, la Google Car n’est pas une lubie de milliardaire du net", prévient Oussama Ammar, lanceur d’alerte de TheFamily. Ce projet, préfigure un avenir où les constructeurs automobiles deviendraient de simples sous-traitants d’un Google, grand maître d’un monde. Où la valeur de l’automobile serait dans l’usage et sa capacité à mener les passagers à bon port, selon leur désir anticipé, en évitant embouteillages (via la technologie de l’Israélien Waze) grâce à son système d’exploitation devenu le standard de la route intelligente. Le véhicule, lui, ne serait plus qu’un équipement. Impossible ? Pas si sûr.

Après les contenus culturels et le commerce, "les barbares de la Silicon Valley attaquent tous les pans de l’économie : la finance, l’assurance, l’automobile, les télécommunications, le tourisme", prévient Oussama Ammar, cofondateur et partner de TheFamily, maître de conférence à Sciences Po, ex CEO de Hypios. Et il le démontre, lors de conférences bimensuelles le mardi, baptisées justement "les barbares attaquent", qu’il anime en alternance avec son acolyte Nicolas Colin, également cofondateur et partner de TheFamily, responsable d’une mission gouvernementale sur le numérique, ex-CEO de 1x1connect et co-auteur de “L'Âge de la multitude”.

"L’objectif, c’est de faire prendre conscience aux industriels français qu’ils ne sont pas à l’abri pour longtemps. Les géants du Web ont un appétit vorace ", explique Oussama Ammar. Pour lui, il est temps de les prendre très au sérieux. " Et le reflex franco français de vouloir se défendre par la législation n’a pas beaucoup d’avenir ", prévient-il. Pourquoi le terme barbare?? "C’est une référence à l’ère romaine. Le Sénat n’a pas réussi à contenir les barbares, et l’empire s’est écroulé", rappelle ce nouveau Cassandre. Et l’image n’est pas exagérée. "Regardez ce qui se passe avec AirBnB (location d’hébergement chez l’habitant). Le lobby des hôtels ne sait plus quoi faire pour retenir leur arrivée. Déjà des petits établissements berlinois inscrivent des chambres sur le service en ligne. Demain, ce sont tous les tour-opérateurs qui seront sous-traitants du service en ligne californien."

Enfin, si rien n’est fait. "Face à la déferlante AirBnB, la seule bonne réponse aurait dû être un niveau d’innovation équivalent à celui déployé par le Californien. Au lieu de ça, les géants du tourisme se contentent d’actionner le levier législatif. Or les politiques ont de plus en plus de mal à légiférer contre les consommateurs", observe encore notre nouveau lanceur d’alerte.

Mais comment faire pour déployer une intensité d’innovation équivalente à celle de ces barbares du Net, qui chamboulent tout ? Il y a bien la méthode Wal-Mart, confronté à la tourmente Amazon, qui a mis la main sur une double poignée de start-up innovantes, et mis leur fondateur au poste de direction de l’entreprise. Moyenne d’âge du board : moins de 30 ans ! Efficace… mais trop radical pour nos industriels français. Mais amputer est parfois le meilleur moyen de survivre. Les Barbares qui déferlent, eux, contournent les règles. Se croire plus civilisé, n’est pas forcément la bonne méthode pour leur survivre. Il est en tout cas urgent d’en être conscient.

Aurélie Barbaux

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Régis
09/11/2013 13h26 - Régis

Une précision pour Wal-Mart : ce n'est en aucun cas le comex qui a - de 30 ans, mais la branche Wal-mart labs.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media