Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les capteurs d’image CCD sont morts, vive les imageurs Cmos !

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Sony prévoit d’arrêter en 2020 la production de capteurs d’image CCD. Une décision qui pourrait accélérer l’extinction de cette technologie d’imageurs électroniques au profit de leurs équivalents Cmos.

Les capteurs d’image CCD sont morts, vive les imageurs Cmos !
Les capteurs d’image CCD sont morts, vive les imageurs Cmos ! © Filya1 - Wikimedia commons

Les jours des capteurs d’image CCD semblent comptés. Sony aurait informé ses clients et distributeurs qu’ils ont jusqu’à mars 2017 pour passer leurs dernières commandes. L’objectif étant d’arrêter complètement la production en 2020 de ce type d’imageurs électroniques pour se recentrer à 100 % sur leurs équivalents Cmos.

La décision de Sony pourrait accélérer l’extinction des capteurs d’image CCD. Le géant japonais de l’électronique en est le plus grand producteur avec près de la moitié du marché mondial, selon le cabinet Yole Développement. Son exemple devrait être suivi par d’autres constructeurs nippons plus discrets comme Panasonic, Toshiba ou Sharp.

Apparus dans les années 1980, les capteurs d’image CCD servent d’œil électronique dans une grande variété d’équipements d’imagerie comme les caméscopes, les caméras de sécurité, les scanners, les machines de vision industrielles, les endoscopes médicaux, les systèmes de visioconférence ou encore les satellites d’observation. Ils ont été en particulier le moteur de la numérisation de la photo dans les années 1990.

L’Iphone a consacré le Cmos

Mais l’apparition des capteurs d’image Cmos dix ans plus tard va bouleverser le marché d’une façon inattendue. Cette technologie a été inventée pour les Webcams, ces modules de caméra destinés à ajouter aux PC des fonctions de visiocommunication via Internet. Mais ses avantages en termes d’intégration, de consommation d’énergie et de coût en fait aussi le choix idéal pour l’intégration des fonctions photo-vidéo dans les mobiles.

Les deux technologies, censées au départ cohabiter sur deux domaines d’applications distincts, deviennent de plus en plus concurrentes. "En s’améliorant, les capteurs d’image Cmos ont grignoté petit à petit les applications des capteurs d’image CCD, constate Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement. En termes de performances, ils rivalisent aujourd’hui avec leurs concurrents. La technologie CCD garde l’avantage uniquement dans des applications de niches nécessitant du sur-mesure ou une longue durée de vie."

L’arrivée de l’iPhone en 2007 constitue un grand tournant. Le smartphone devient une alternative crédible à l’appareil photo compact et au caméscope, avec l’avantage du partage instantané d’images via les réseaux mobiles et Internet. Le marché des caméscopes et appareils photo compacts s’écroule. La substitution des capteurs d’image CCD par la technologie Cmos s’accélère. "La part de la technologie CCD est tombée aujourd’hui à 10 % dans les caméras grand public et à 50 % dans les caméras de sécurité, estime Pierre Cambou. Même les satellites sont passés pour moitié sur la technologie Cmos bien que celle-ci revienne plus cher à adapter à cette application. Personne n’avait anticipé un basculement aussi rapide dans les applications haut de gamme." Et l’apparition d’un nouveau marché pour les capteurs CCD, celui des Action Cam (caméras sportives, embarquées…), n’a pas suffi à stopper l’hémorragie.

Plus que 5 % du marché au CCD

Selon Yole Développement, la technologie CCD ne représenterait plus que 5 % du marché des capteurs d’image estimé, en 2015, à environ 10 milliards de dollars dans le monde. Elle était encore de 7 % en 2014. Elle baisse de 20 % par an, alors que l’ensemble du marché bondit de 10 %. "Sony a réussi un coup de maître en saisissant l’opportunité des mobiles pour basculer rapidement sur la technologie Cmos, note Pierre Cambou. Il estime avoir atteint un développement tel qu’il peut désormais s’adresser à toutes les applications avec cette technologie. C’est un choix industriel fort." Sony a réussi ainsi à s’imposer comme le leader des capteurs d’image Cmos, avec 27 % du marché mondial en 2014, loin devant ses deux plus grands concurrents, le coréen Samsung (19 %) et l’américain OmniVision (17 %).

L’analyste de Yole Développement ne croit pas pour autant à une disparition complète des capteurs d’image CCD. "Tant que la chaîne logistique existe, les constructeurs de caméra de sécurité ou de machines de vision industrielles n’ont aucune raison de changer de technologie, note-t-il. Ils peuvent passer chez d’autres fournisseurs tels que Teledyne Dalsa, On Semiconductor (Truesense, l’ancienne activité imageurs de Kodak), e2v ou Fairchild Semiconductor. Des acteurs positionnés sur des applications niches et qui n’ont aucune raison de tuer leur business CCD." Mais ils devront se partager 1 ou 2 % du marché !

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale